Chroniques de Féérune : la Quête des Origines

Episode 6-1 Apparté sur la route (Lizz - Guilain)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Episode 6-1 Apparté sur la route (Lizz - Guilain)

Message  Gueule d'Amour le Ven 28 Oct - 22:14

Sur la route vers Phandalin, Guilain s'approcha de Lizz, avec un sourire engageant.
« Tu as finement combattu aujourd'hui. Je sais qu'avoir renoncé à tes… pouvoirs était déroutant au début, mais l'entraînement porte largement ses fruits. Je… je suis fier de toi, Lizz »

Elle lui rendit naturellement son sourire.
"Merci ! Il faut dire que j'ai eu un bon professeur !"
Elle s'avança et se mit à marcher à reculons pour discuter avec Guilain face à face.
"Et puis... Je ne sais pas pourquoi mais... Je peux toujours utiliser la magie, bien qu'elle soit sous une forme différente…"
Elle referma l'une des nombreuses entailles de sa chemise grâce à l'un de ses dons magiques.
"Je suis contente que tout ça soit enfin fini, dit-elle en s'étirant."

Guilain suspendit son pas et répondit avec sérieux : « Moi aussi »

Lizzy s'arrêta et porta ses deux mains vers sa bouche. Elle s'adressa au reste du groupe, composé de James, John et Davis, qui ouvrait la marche quelques mètres plus loin :
"Hé ! Les gars ! On peut faire une pause ici ?"
Ils répondirent par un grognement à l'unisson et se dirigèrent à quelques dizaines de mètres de la route. Il se posèrent sous les quelques arbres qui ornaient le paysage.
Le soleil était au zénith.
Lizzy s'assit sous l'un de ceux-là, gardant la même distance avec le reste du groupe qu'au cours de la marche. En parlant à un volume normale, la conversation resterait privée.
Elle sortit sa gourde et but une longue rasade. Elle utilisa ensuite l'une de ses mains comme d'un éventail. Elle lâcha un soupir et s'adressa à Guilain :
"Phew~ Cette chaleur est étouffante... Viens t'installer à côté de moi, tiens, lui demanda-t-elle en souriant..."

Guilain déposa lourdement son sac et en sortit également de quoi se désaltérer et se restaurer.
« Tu devrais manger quelque chose, aussi. Cette nourriture drow n'est pas plus à mon goût que le reste de leurs pratiques, mais il faut bien nous remplir l'estomac si nous voulons tenir le rythme et dormir au sec ce soir. » S'asseyant auprès de la jeune femme, il entreprit de mâchonner une lanière de viande séchée, en évitant de se demander de quel animal il s'agissait.

Elle l'imita. Avant d'en croquer un morceau, elle renifla la viande et fit une petite grimace. Une fois fini, elle utilisa l'épaule de Guilain comme un coussin pour reposer sa tête.
Après quelques minutes en silence, elle se lança :
"Dis, Mill... Tu peux me parler de Lloyd ? Je me rends compte que je ne connaissais pas grand chose sur lui... Ni sur toi, d'ailleurs..."

Il jeta un coup d’œil aux autres. James ne semblait pas réagir à la posture de Lizz contre son épaule. Peut-être s’était-il finalement résolu à accepter leur proximité. A moins qu’il soit simplement trop distrait pour la remarquer.
« Décidément… J’aurais dû tenir une conférence ! James aussi a souhaité que je lui parle de moi, il y a quelques jours. Mais je comprends, ceci dit. La disparition de Lloyd est difficile pour tout le monde. On se rend compte qu’Elle peut toucher n’importe qui, n’importe où, n’est-ce pas ? Alors, en réaction, on s’interroge sur ceux qui nous sont proches… Tout comme je le fais moi-même à ton propos. Mais je vais tâcher de répondre à ta première question. »
Guilain s’installa plus confortablement, présageant d’une longue discussion.
« Lloyd… Ça faisait bien longtemps que je l’avais perdu de vue, tu sais. Nous étions gamins. J’ai le souvenir qu’il était déjà grand à l’époque : il nous dépassait tous d’une tête. Ceci dit, pas le genre à abuser de son physique avec les autres, du moment qu’on l’embêtait pas. Il n’était pas méchant, quoi. Juste étrange. Le gosse solitaire, qui attrapait les rats et leur arrachait la queue ou une patte, pour voir ce que ça faisait… M’enfin, on s’entendait bien tous les trois. Moi, je faisais les conneries, lui regardait en se marrant et c’est Jamy qui se faisait pincer… Faut dire que les sœurs l’avaient à la bonne. Son air d’égaré permanent, peut-être ? Comme si il prêtait attention à autre chose, qu’on ne percevait pas. Je m’souviens aussi qu’il avait déjà sa flûte à l’époque. Il nous en jouait parfois, mais il n’a jamais voulu dire d’où il la tenait. Ça avait l’air de compter pour lui. »
Pris d’un frisson malgré la chaleur, Guilain se tut, les yeux dans le lointain.

Elle entremêla son bras à celui de Guilain lorsqu'il commença à parler de leur passé commun.
"Je suis désolé, Mill. Perdre un ami si vieux... Même si je ne le connaissais pas depuis aussi longtemps et que je me rends compte que c'était surtout... "Elle", dit-elle en serrant les dents, qui nous liait, il me manque. Il a toujours été gentil avec moi..."
Elle s'interrompit un instant.
"Dis... Tu voudrais le revoir, ne serait-ce qu'un instant ?"
Elle n'attendit pas de réponse et incanta à voix basse tout en gesticulant lentement de son bras libre. Une forme apparut en face d'eux. L'image s'affina pour prendre l'apparence de leur défunt compagnon, Lloyd. Il avait une expression de bienveillance. Sans un mot, elle essuya les larmes qui perlaient sur ses joues.
"Il me manque..."

« Oui, c’est tout à fait lui », fit-il en scrutant l’image sous ses yeux. Puis, à voix plus basse : « Tu me manques aussi, Lloyd... »
Ils marquèrent un long recueillement silencieux. Guilain sentait la chaleur du bras de Lizz contre son flanc. Il attendit qu’elle dissipe finalement l’apparition avant de reprendre la parole.
« La mort semble toujours injuste. Mais en quelques sortes, il a choisi la sienne, n’est-ce pas ? Je ne suis pas sûr d’avoir un jour ce courage… ». Il parlait de plus en plus faiblement. S’adressait-il à elle ou seulement à lui-même ?
Il tourna finalement son visage vers celui de la jeune femme. « C’est bon de t’avoir retrouvé. »

Elle resserra d'avantage l'étreinte qu'elle exerçait.
"Il faut encore que je m'habitue à cette "nouvelle vie"... Et surtout aux peurs qui en découlent. J'ai vécu ces dernières années avec cette présence en mon sein, j'ai beaucoup à apprendre maintenant... Je compte sur vous... Je compte sur toi pour me guider, dit-elle en souriant.
Lloyd a choisi sa mort, c'est vrai. Je pense qu'il est parti sereinement, pour ses convictions. Mais je n'appellerais pas ça du courage... Le courage, c'est plutôt de s'assurer de continuer à vivre et de rester auprès de ceux qu'on aime..."
Son sourire s'effaça avec ces mots.
"Tu sais, je me sens un peu coupable des choix qu'il a fait... Si je n'avais pas renoncé à "Elle", peut-être serait-il encore là..."

Guilain s’anima. « Je ne crois pas qu’il ait fait ce lien, tu sais. Il a perçu une opportunité d’aller au bout de ses convictions. Il s’y est engouffré. Mais pas à cause de toi, ne pense pas ça. D’ailleurs, il n’avait pas renoncé à te convaincre, si j’ai bien compris. »
Après un silence : « Le choix que tu as fait, c’est courageux, oui… Je ne peux que l’imaginer, mais je me doute du sacrifice que ça représente. Ce doit être comme… comme se sentir désespérément seul alors qu’on est entouré de tout le monde. Quelque chose comme ça, non ? » Il serra son bras à nouveau. « Oui, Lizz, tu pourras compter sur moi. » Il eut un rire forcé. « D’autant plus que moi aussi je me sens responsable de ton choix… ».
Ne lui laissant pas le temps de démentir, il poursuivit plus joyeusement. « Tu sais… pour la première fois depuis longtemps, j’ai l’impression de savoir où je vais. Comme si j’avais les idées plus claires, la conscience que la vie est courte et qu’il faut savourer chaque instant. Regarde, nous avons un projet, le soleil brille et nous sommes là, côte à côte. N'est-ce pas déjà beaucoup ? »

Elle hocha de la tête pour accompagner ses mots :
"Oui et c'est tout ce qui compte. Même si... Même si..."
Elle regarda en direction de James.
"Est-ce moi ou la considération et la perception qu'il a de moi qui a changée ? Nous n'avons plus les mêmes interactions, la même relation... Comme si pour lui j'étais encore dans les ombres... Je ne sais pas... J'ai l'impression qu'il m'entend mais qu'il ne m'écoute pas... Je prends pour exemple ce qu'il s'est passé au château en ruine..."

« J'ai moi aussi le sentiment qu'il n'est pas très… comment dire… réceptif en ce moment. Et pas qu'avec toi, d'ailleurs. Peut-être a-t-il des inquiétudes qu'on ignore ? Ceci dit, il a toujours été plus cérébral qu'il n'y paraît au premier abord, laissant finalement assez peu transparaître ses émotions. Mais tu le sais tout autant moi, depuis le temps... »

"Cérébral n'est pourtant pas le mot que j'utiliserai pour le définir, dit-elle avant d'éclater de rire. Peut-être qu'il était plus attaché à Gemma que ce que je pensais, d'où son état actuel..."

« Ah, ben oui ! Gemma, évidemment... »
avatar
Gueule d'Amour

Messages : 19
Date d'inscription : 08/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum