Chroniques de Féérune : la Quête des Origines

Episode 2-5 - La sorcière et le voleur (tragédie nocturne)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Episode 2-5 - La sorcière et le voleur (tragédie nocturne)

Message  Gueule d'Amour le Lun 19 Sep - 9:42

Un des soirs après avoir été sauvée des troupes servant Tyr, Lizz s'éloigna du feu de camps pour s'engouffrer dans les profondeurs de la nuit. Elle usa de ses dons pour créer un petit papillon d'ombre et l'envoya vers Mill pour l'attirer là où elle se cachait.

Les crépitements du feu se superposaient aux bruits de la nuit. Un cheval s'ébroua. Imitant le vol saccadé de l’insecte, l’illusion approcha du foyer et de Guilain. Celui-ci semblait absorbé par de tristes pensées, les yeux fixés sur les flammes. Détournant enfin le regard, il marqua un léger étonnement. Puis son visage soucieux se radoucit, alors qu'il releva la tête vers le bosquet où s'était écartée son amie. C'était charmant de vouloir l'égayer ainsi !
Mais l'insecte s'éloignait déjà, en direction des arbres. Il observa tour à tour ses compagnons. « Lizz, songea-t-il, que les autres vont-ils s'imaginer ? » Se relevant néanmoins, il suivit le petit messager.

Le papillon l'amena à la lisière de la lumière filtrant à travers la végétation. L'illusion finit par décrire de petits cercles. Guilain attendit, curieux mais silencieux. Soudain, il sentit un objet pointu dans son dos et une voix féminine s'éleva parmi les ombres.
"Oh oh oh oh oh oh ! Je t'ai eu, riche gentilhomme ! Laisse donc ta bourse au sol, avec ta dignité ! Ou alors, c'est la vie que je prendrais ! Oh oh oh oh oh !"

« Damned, je suis fait », marmonna le jeune homme en réprimant un sourire. Il poursuivit d'une voix théâtrale, tout en levant lentement les mains :
« Quel funeste destin s'abat ainsi sur moi !
Ma jeunesse naïve me sera-t-elle ôtée
Pour de maigres richesses, lâchement convoitées ?
Ô coquine, ô friponne, ô gredine, ô crapule,
N'as-tu donc point d'honneur qu'ainsi donc tu m'accules
A perdre ma fierté ou à laisser la vie ?
Quand, délaissé des Dieux,
... »
D'un pas de côté, Guilain opéra un vif demi-tour et saisit adroitement les deux poignets de la jeune fille. Plongeant ses yeux dans les siens, il termina dans un souffle :
« … je suis à ta merci. »

Elle poursuivit :
"Lâche-moi ! Vil scélérat, vil mécréant !
Toi qui vole le pain de la bouche des enfants !
Je ne punis uniquement ceux qui le cherchent,
À grands coups de pieds dans le derche !
"
Elle s'extirpa de son emprise et lui fit face. Soudainement, elle lâcha sa dague, mit une main sur son cœur et l'autre pointant la cime des arbres.
"Ah ! Le destin fait preuve d'une grande cruauté,
M'obliger ainsi à chasser une telle beauté !
Puis-je succomber à de tels désirs
Et par son charme, me laisser séduire ?
"

« Il est donné à voir couples plus improbables
Qu'une jeune sorcière et un charmant pendable.
Mais je discerne mieux l'erreur où tu te perds
Croyant qu'à un vaurien tu avais eu à faire.
Or si je contrarie la justice des hommes,
C’est que mon cœur est juste et que ma cause est bonne.
Il faut en la matière se fier mieux aux Dieux. 
»
Guilain met un genou en terre et poursuit, les yeux tournés vers la belle :
« Car ce galant visage que j’ai reçu des cieux,
M’inspirant l’espérance de susciter ta flamme,
Reflète exactement la blancheur de mon âme.
 »

Ô ma Dame, parlez-moi, que dois-je faire, demanda-t-elle en s'adressant au ciel,
De cet homme, fort et fier ?
Son simple regard sur mon corps m'embrase, dit-elle en s'adressant à Mill,
Et survient alors l'extase...
Lorsque je m'imagine avec lui,
murmura-t-elle en lui tournant le dos,
Partageant le même nid..."
Toujours de dos, elle tourna légèrement la tête, afficha un petit sourire charmeur et, laissant glisser jusqu'à un certain point le vêtement trop grand pour elle, elle découvrit une partie de son dos nu.

Guilain leva exagérément les mains aux cieux. Puis, tournant la tête de côté et imitant une voix féminine pompeuse :
« Baise-le. »
Mimant la surprise, il poursuivit :
« Qu'ai-je ouï ? Cette voix éthérée,
Forte et majestueuse : le Divin a parlé !
La Dame de tes vœux répond à ta question,
Apaise ton dilemme, libère ta passion !
 »
Se relevant, Guilain fit lentement tourner Lizz sur elle-même.
« Embrasse-moi, fervente. Le ciel s'est exprimé
Et il ne convient point de le contrarier.
Pour peu que tu renonces à me botter le train,
Je suis prêt à unir ton destin et le mien.
Oui, échangeons nos vœux, goûtons à notre guise
Le bonheur d'être à deux, à jamais Mill et Lizz.
 »

Face à Guilain, elle regardait au sol. La main sur le cœur, empêchant sa robe de tomber, elle lâcha prise. Elle se retrouva nue devant lui. Elle mit lentement ses bras autour de son cou tout en le fixant langoureusement, se leva sur la pointe des pieds. Elle lui murmura à l'oreille :
"Le bonheur d'être à deux ? Cela ne me suffira,
Ce que je veux : ne faire plus qu'un, toi et moi.
Unissons nos corps dans la faveur de la nuit,
Et dans les ombres, soyons réunis…
"
Sur ces derniers mots, une sorte de brume noire se forma en spirale autour des deux corps jusqu'à les englober totalement. Elle lui prit les mains et les plaça sur ses hanches. Puis elle les dirigea vers son torse et commença à défaire sa chemin de lin.
"Fais-moi confiance, mon beau Mill…
De tous les sens, la vue ne te sera pas utile.
D'être mon premier, je te fais le cadeau,
Alors promets-moi de me faire grimper là-haut…
"
Elle laissa ses mains parcourir le corps de Guilain puis celles-ci se glissèrent dans son pantalon.

Guilain la retint un instant : « Est-ce réellement ce que tu désires ? ». L'insistance de sa partenaire lui tint lieu de réponse et le jeune homme, défait de ses scrupules, s'abandonna aux caresses en murmurant « Je te promets mieux... ».

Les mains encore maladroites s'attardaient sur son entre-jambes. Était-ce la froideur de sa peau, glacée comme la pierre, ou l'obscurité si complète qui l'oppressait à ce point ? Elle n'était certes pas la première que Guilain initiait à l'amour, mais ce moment-ci lui paraissait unique, étrange, le troublait.

[A la manière dont Guilain s'imaginait la suite...]
Se pouvait-il qu'il ressente un attachement durable à cette jeune femme ? Cette pensée, qui l'eut tourmenté quelques jours auparavant, lui rendit pourtant sa vigoureuse prestance.
Il écarta délicatement la gourmande et s'agenouilla face à elle. S'approchant à tâtons de sa bouche, il y déposa un premier baiser. La belle lui rendit dans une longue étreinte. Alors, lentement, il la coucha sur l’herbe moussue. Quand son corps brûlant et le sien, si froid, se mêlèrent l’un à l’autre, elle poussa un cri léger, qui fit vaciller les ombres.
Avec d’infinies précautions, il s’ajusta à ses palpitations. Doucement, tendrement, leurs corps vibrèrent à l’unisson, tels les instruments d’une musique silencieuse. Au point d’orgue, leurs mains ne s’étaient pas quittées. Il en dénoua une pour porter une caresse vers le visage que l’obscurité lui cachait. Des larmes y ruisselaient.

[... et ce qu'il advint réellement !]
Depuis le début de leur étreinte, Guilain était mal à l'aise.
Etait ce la jeunesse de Lizz, la proximité des autres et en particulier de James?
Non, cela l'aurait plutôt excité...

Non, il y avait autre chose...

La froideur de la peau de la jeune fille peut être.
Et son cœur, qui ne battait pas la chamade mais au contraire, qui semblait étrangement éteint.

Non, il y avait encore autre chose...

Depuis qu'il était en elle, Guilain aurait du sentir la chaleur de Lizz, mais au contraire, il avait même du mal à rester dur!!!
Il essayait de garder sa contenance, il en avait vu d'autres. L'alcool, la fatigue, il avait rarement baissé pavillon.
Qui plus, est, la jeune fille semblait se donner corps et âme et cela lui redonna de l'entrain. Mais cette froideur...

Il parvint à l'extase en elle... exactement au moment où la libération cèda la place à une douleur terrible... en bas...

Un cri déchira la nuit... celui de Guilain... suivi d'un hurlement de Lizz qui recula...

Guilain ressentait une douleur extrême et n'osait pas regarder...

Son regard descendit petit à petit...

Le camp se réveilla, alerté par les cris...
avatar
Gueule d'Amour

Messages : 19
Date d'inscription : 08/06/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum