Chroniques de Féérune : la Quête des Origines

Episode 17-2 - Une nuit...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Episode 17-2 - Une nuit...

Message  Admin le Ven 27 Mai - 14:18

Une nuit...

Dorémion se réveille en sursaut. En sueur.
Il est dans un lit.
Il entend des cris dans les pièces voisines.
Il regarde autour de lui et son regard se porte sur la fenêtre par laquelle il voit des flammes en train de lécher le mur de sa chambre.
Il se lève en toute hâte et se rapproche de la fenêtre.

Son coeur fait un bond quand il prend compte de la situation... Greenest est en flammes!!!
Et le chateau dans lequel il se trouves aussi!!!

Il se rue vers la porte de la chambre et fonce dans le couloir.
Des soldats et des domestiques courent dans tous les sens, c'est le branle bas de combat dans le chateau. Les gens crient, la panique s'est emparée d'eux... "que doit-on faire?"
Il attrape l'un des soldats "Ou est le Gouverneur? Que se passe-t-il?"
Le soldat tremble, il déglutit et parvient à bégayer "D-d-d-dans-la-la-salle-du-du-du-conseil"
Dorémion n'hésite pas une seconde et s'y précipite.

Il pousse les portes de la salle du conseil alors qu'un des murs extérieurs du chateau vient de céder. Le bruit des pierres qui chutent ne laisse aucun doute là-dessus.

Le Gouverneur est présent dans la salle, il regarde par la fenêtre en trépignant.
Ils ne sont pas seuls dans la pièce. Musca est assis à la place qu'occupe d'ordinaire le Gouverneur.
Les coudes sur la table, ses mains sont jointes paume à paume au niveau de sa bouche.
Son regard profond plonge dans les yeux de Dorémion.
Le Gouverneur semble prendre conscience que Dorémion est là et se retourne,
"Ferme la porte et approche".
Dorémion remarque que devant Musca, sur la table, repose une dague torsadée magnifiquement ouvragée.
Dorémion avance en confiance, cherchant du regard une réponse à toute cette folie.
Le Gouverneur fait le tour de la table et invite Dorémion à s'asseoir, lui forcant un peu la main par la même occasion. Il attend que Dorémion s'asseye et avance un peu son fauteuil.

Le regard de Musca n'a pas quitté Dorémion depuis qu'il est entré dans la salle. Le jeune demi-elf s'en rend compte quand il tourne la tête vers Musca.
Dorémion est un peu gêné mais commence à s'impatienter, "Mais enfin, dites moi ce qui se passe!!! Que signifie tout cela? Qui nous attaque?"

La voix du Gouverneur fait écho à celle de Dorémion,
"Des gens ont bavé et ont fait la plus grosse erreur de leur vie"
Il pointe tour à tour les deux jeunes gens du doigt, "La fin est proche pour toi, pour lui, pour moi, pour tous les habitants de Greenest..."

Dorémion a peine à croire les propos du Gouverneur,
"Mais de quoi parlez vous, ce n'est pas possible. Et qui nous attaque ainsi?"

Des bruits de combats, de hurlements et de maisons qui s'effondrent se font entendre dehors.

Le Gouverneur se penche vers la table et rapproche son visage de celui de ses deux fils.
Par la même, il saisit la dague et la pointe tour à tour vers eux,
"Tout n'est peut-être pas perdu les enfants..."
Avec une rapidité surprenants il plante la dague dans la table en bois massif.
Puis il se redresse et se dirige vers la porte.
Il leur parle alors qu'il leur tourne le dos,
"Faites cela vite, nous manquons de temps."

Dorémion regarde Musca et leurs regards se croisent.
Un poignard est planté sur la table entre eux.
Les yeux de Musca se plissent, son corps se raidit, il est prêt à bondir.

Dorémion perd patience, "Cessez donc cette folie ! Et dites moi qui se trouve à nos portes !
Vous avez raison... GOUVERNEUR... Tout n'est pas fini. Des murs sont tombés. Des pierres.
Des pierres sans vie. Greenest c'est bien plus que ca.
Ne perdons pas de temps et parlez !"

Le bruit de la porte de la salle du conseil qui se ferme répond aux propos enflammés de Dorémion.
Dorémion va se lever pour suivre le Gouverneur quand, tel un serpent, Musca se détend et lui attrape l'avant-bras, le tire vers lui et le tourne de facon à ce qu'ils soient face à face,
"N'as tu pas entendu ce qu'il a dit?
Le temps nous l'avons eu... et nous l'avons gaché... maintenant il est trop tard pour reculer.
Ils viennent pour nous."

Musca tenait toujours Dorémion par le bras.
Son regard passe de Dorémion vers le dague puis de nouveau vers Dorémion,
"On savait depuis le début que ca finirait comme ca.
Le temps des paroles est dépassé."

Le visage de Doremion souvent poupon et bon vivant comme à son habitude, se durcit comme jamais et une lueur vindicative brille dans ses yeux. Il ne se contente pas d'agir mais réagit à l'empoignade de Musca comme si il avait déjà prévu la prochaine action de son ami d'enfance.
"Tu as raison..."
Dorémion saisit la dague de sa main libre et la jette à l’autre bout de la pièce !!!

Dorémion voit une lueur mauvaise passer dans les yeux de Musca qui accentue son étreinte sur son avant-bras et plaque sa main sur la table. A la vitesse de l’éclair, il dégaine un poignard et le plante dans la main de Dorémion, la transpercant et venant enfoncer le poignard dans la table en bois.
Une douleur immense traverse le corps de Dorémion qui regarde choqué Musca.
Celui-ci vient de lui lacher le bras.
Il se dirige d’un pas décidé vers la dague torsadée qu’a jeté au loin Dorémion.

La douleur est terrible… Dorémion ferme les yeux comme pour concentrer ses forces…

Dorémion rouvre les yeux.
Il fait nuit, Musca est au dessus de lui en train de le tenir par le bras.
Il a un mouvement de recul.
Musca s’étonne, « Que se passe-t-il vieux frère ? Un mauvais rêve ? Ca m’arrive aussi de repenser à toutes ces saloperies qui nous sont arrivées. Courage » dit-il en lui en lui montrant un poing serré.

Musca lui tend lors la torche et passe une couverture sur ses épaules,
« J’ai entendu quelques animaux tourner autour du camp mais rien de dangereux.
A ton tour… »

Doremion regarde Musca, comprenant que tout ceci n'était qu'un rêve. Un rêve...
Point de haine dans le regard de Doremion, mais de la pitié.
De la pitié pour son ami et pour lui même.
De la pitié pour ce qui devra avenir un jour.
Il devra sauver son ami, les sauver de cette marque.
Gagner.
Sans pour autant jouer le jeu des Dieux.

Le poids des ans peut il faner prématurément  un demi-sang elfique...
avatar
Admin
Admin

Messages : 823
Date d'inscription : 22/11/2007
Age : 38

Voir le profil de l'utilisateur http://lahordea7.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum