Chroniques de Féérune : la Quête des Origines

Rêveries passagères de Yondaëlle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Rêveries passagères de Yondaëlle

Message  evrat le Mer 29 Oct - 17:20


-Yondaëlle Le'Quella-

1 Uktar 643 DR

Suzail était en fin de compte une ville assez agréable, ses larges artères s'offraient généreusement aux flâneurs et marcheurs en tout genre et les façades blanchies de ses hautes demeures seigneuriales apportaient un léger parfum surannées à la scène. L'air marin s'engouffrait à travers les rues et un goût de sel et d'iode titillait mes papilles, l'heure du déjeuner était proche et il me faudrait bientôt rejoindre mes compagnons. Je crois qu'une nouvelle réunion au sommet était prévu peu après le repas, j'allais encore devoir subir les longues litanies du Mage m'étant en garde je ne sais plus trop quel haut membre de clergé de l'arrivée imminente d'un Seigneur Slaad revenu du fin fond des temps pour apporter perte et désolation sur notre monde. Ou pas.
La chose n'était pas encore très bien entendue, nous nous agitions peut être pour un événement qui ne se présenterait en fin de compte que plusieurs siècles après notre mort. Mais ne rien faire serait une grave erreur.

J'avais veillé la nuit dernière sur Ryam notre nouveau compagnon. Un envoyé des cieux si l'ont peu dire cela ainsi. Une sorte d'élu de la déesse Mystra ayant décidé de se joindre à notre cohorte afin de braver de nouvelles épreuves. Il me semblait un personnage compétent mais malheureusement un peu replié sur lui même, je crains que l'image qu'il avait du Mage et du Prêtre ait été un peu écornée ses derniers jours. Mes compagnons n'étaient pas ce que l'on puisse appeler des images de sainteté. Surtout Chaka.

Il nous faudrait sous peu nous rendre à Eauprofonde, une entrevue avait été organisé avec la Haute Prêtresse de Mystra, mes compagnons désiraient avoir l'assurance que Ryam ne serait pas une épine dans notre pied. Bien sur des thèmes comme la chute de Lunargent serait abordé, tout cela ne serait qu'une brève étape avant notre départ pour la forêt de Snakewood où une des dernières apprenties d'Ecchaman semblait avoir trouvé refuge.

J'aurais apprécié que nous fassions un léger détour par Athkatla, mes communications mentales avec Buckaroo étaient certes utiles mais elles avaient leurs limites et il me faudrait tirer au clair cette situation au plus vite et cette proximité géographique était une aubaine. Il me restait toujours le problème de me déplacer sur de longues distances, la chose était faisable mais cela me coûtait beaucoup de ressources. J'avais quitté quelques minutes plus tôt un négociant revenant de l'est à qui j'avais pu acheter quelques parchemins intéressant, de plus mon dernier détour à la guilde des mages locales, et mon inscription à leur registre, m'avait permis de me procurer un parchemin de téléportation centré sur Suzail. On ne sait jamais,si d'aventure je me retrouvais loin de mes compagnons.

J'avais à Athkatla le lieu de résidence des « Frères » et quelques uns de leur noms les mettre sous surveillance un temps ne serait pas difficile et je serais fixé sur leur motivation. La présence du rejeton d'Ashardalon était un élément intéressant, quelle histoire commune pouvaient-ils partagés. Il avait peut être changé depuis l'époque de sa présence dans l'empire, je ne m'attendais pas à retrouver un saint homme pieu comme un disciple de Lathander mais vu son passé et son éducation il semblait logique qu'il ait tourné ainsi. Je le plaignais presque.
Issu d'une expérience entre un grand Dracosire et un Sarrukh il ignorait ses origines et avait été élevé au sein d'un environnement vicié où seuls les complots et le pouvoir prédominaient. Puis il avait été pris sous la tutelle d'un Empereur dont il ignorait qu'il était son père, homme qu'il avait d'abord craint et admiré jusqu'à lui vouer une haine farouche. Il avait vu la décrépitude d'un puissant empire prit dans les affres de la politique et d'une administration sclérosée où les instances dirigeantes étaient quasiment démissionnaires.

Il y avait vu une opportunité, celle de réaliser un destin. Son destin. De récupérer les rênes du pouvoir et d'assouvir ses rêves de mégalomanie. N'avait il pas été dès son plus jeune âge élevé pour cela.

Il aura fallu l'intervention d'un nobliau, fils cadet voué au paladinat, épaulé d'un barbare se berçant d'illusion et d'un mage inconnu de tous pour voir ses rêves de gloire s'effondrer. Si prêt du but. Si proche d'accomplir une destinée qui lui tendait les bras depuis sa naissance. Que de déception, de rancœur et d'amertume envers cet univers qui lui tournait une nouvelle fois le dos. Avait-il trouvé du réconfort et une famille chez ces « Frères », des parias et des rejetés comme lui, ou bien les manipulait-il depuis le début toujours en quête de ses rêves de domination.

Le nom qu'il s'était choisit parlait pour lui. « Dieu » en langage des dragons, ni plus ni moins. De mon côté j'avoue avoir fait preuve d'un peu plus de retenu en me limitant à « La Magie », l'on trouve toujours son maître même en ce qui concerne la mégalomanie.

Mais nous trouverions peut être chez Ashanti un allié inattendu, prêt à prendre une revanche méritée sur ce Sarrukh ayant joué avec sa vie et sa destiné. Ou il nous trahirait en nous plantant un couteau dans le dos. Mais nous ne le serions jamais si nous n'agissions pas.

Nous avions aussi la possibilité de lui donner la chasse et de le livrer à l'Empereur Aryon qui nous en offrait plusieurs centaines de millier de pièces d'or. Pauvre Aryon, je le plaignais également. Quel fardeau que de diriger un empire, il devait se sentir pieds et poings liés par tous ces courtisans et cette administration alors que bien souvent un bon coup d'épée à deux mains aurait pu régler maintes questions. Je crois que l'aventure lui manque.

De plus, je craignais qu'Ashanti disposait encore et toujours d'espions au sein de l'empire du soleil. Il avait été l'éminence grise de ce royaume, le pouvoir derrière le trône pendant de trop nombreuses années pour ne pas garder de l'influence sur le Shaar. Il savait, pour avoir abordé le sujet avec Chaka, que je travaillais en sous main pour l'Empereur. Jusqu'à quel niveau connaissait il mon implication dans le réseau d'espionnage de l'Empire, je l'ignorais. Mais je me devais de garder cette information en tête.

En un sens, l'Empire me manquait. Lhesper me manquait. Je n'avais jamais su pourquoi mais je n'avais jamais réussi à me fixer à un endroit en particulier. J'avais toujours vécut en vagabond, en paria à mon tour. Pendant de nombreuses années j'avais vécu dans le ghetto doré des elfes de Lhesper, pas tout à fait un citoyen selon les lois de l'époque car non-humain je m'étais malgré tout attaché à cette ville. Elle avait le charme des citées de province. De ces citées secondaires qui voulait rivaliser avec les plus belles capitales. Lhesper était certes le centre névralgique de la région, car il n'y avait pas grand chose d'autre de toute façon. Les nobles les plus riches et les mieux éduqués de la région auraient eu l'apparence de paysans face aux familles nobles de Myth Drannor ou encore de Suzail. Il était facile de passer pour un grand parmi les petits.

J'avais quitté Myth Drannor assez tôt, juste après mon passage à l'âge adulte. Je commençais à peine à maîtriser mes pouvoirs mais je savais déjà que mon destin se trouvait ailleurs. A l'époque je n'avais qu'une idée fixe, retrouver ma mère. La femme qui m'avait mise au monde et qui avait disparu quelques années après, tout comme mon père. D'où je venais, qui ou quoi étais-je, étaient des questions aux quelles il me fallait trouver des réponses. Depuis lors j'avais trouvé mes réponses mais pas encore toutes les clefs de mon destin. Ma mère se trouvait toujours captives au sein d'une citée Ilithid et cela de son propre chef. Elle avait pris cette décision suite à de mauvais choix qu'elle avait du prendre quelques années plus tôt. Mauvais choix que j'avais à mon tour rencontré. Des Fey'ris.

En quête de réponse j'avais du aider ces créatures à l'exploration d'un ancien site Netheril quelques années auparavant. Les Fey'ris étaient une des taches les plus sombres sur l'histoire de mon peuple. Des elfes qui, dans l'optique d'agrandir leurs pouvoirs et connaissances, avait conclu des pactes avec des Tanar'ris, des démons. L'histoire était ancienne mais restait une profonde blessure dans l'orgueil de l'histoire elfique. De grandes purges avaient alors étaient organisées pour effacer cette affront à la face de la Seldarine de la surface de notre monde. Peu avaient survécut. Mais peu étaient déjà beaucoup. Ils vivaient reclus, à l'écart du monde et de son histoire, agissant dans l'ombre et œuvrant de concert avec les forces des ténèbres.

Je n'étais pas fier de cet épisode de ma vie. Ils étaient en quête de renseignements et d'objets qu'ils n'avaient heureusement pas pu trouver. Je sais qu'un jour ce passage de ma vie refera surface et je suis prêt à l'affronter.

Je me faisais peut être à mon tour des idées sur les motivations d'Ashanti mais je sentais que nos histoires, bien que différentes, suivait un même fil conducteur. Nous étions tout deux métis de races qui n'étaient pas à l'origine faite pour se rencontrer, doués de pouvoirs magiques qu'il nous fallait appréhender par nous même et avec personne pour nous guider sur cette voie. Nous cherchions notre place en ce monde.

Mais nos motivations étaient peut être différentes.

Suite à la mort d'Ashardalon, j'aurais pu repartir à Myth Drannor et vivre parmi les miens. La question s'est souvent posée. J'aurais pu être très utile aux miens, peut être rejoindre une des guilde de magie, ou bien l'armée et pourquoi pas fonder à mon tour une famille. Wyvern serait peut être encore vie.

Mais je ne me sentais pas attacher à un lieu en particulier. J'avais un attachement pour chacun même si je ne me voyais en quitter aucun, je n'arrivais pas à me résoudre à en choisir un pour autant. Jusqu'à maintenant je ne savais que faire. Jusqu'à maintenant.

La solution m'était apparue lorsque j'avais rencontré notre nouveau compagnon de route, Ryam, et à la façon si spontanée qu'il s'était présenté pour nous rejoindre. Si je ne pouvais résider à demeure sur aucun des lieux, je me devais de trouver une occupation qui me poussait à les visiter tous et régulièrement. La création de notre propre Compagnie. Une alliance d'aventuriers qui à travers tout Toril travailleraient de concert. Pourquoi pas des ramifications marchandes et des écoles de magie le tout chapeauté par « Les Gardiens de la Toile ».

Je savais que Chaka avait une idée un peu différente de la chose, mais ils venaient tout juste de créer cette Compagnie, qu'elles seraient ses buts d'ici vingt ou trente ans. Chaka et Etesien seraient sûrement mort de vieillesse d'ici là et il me resterait encore plusieurs siècles devant moi. Et les Gardiens de la Toile aurait besoin d'un leader.

Mes convictions concernant la protection de la Toile n'étaient peut être pas aussi ancrées que celles de Chaka mais je suis sur qu'il changerait d'avis quand à l'heure de son crépuscule une riche demeure et un bon lit l'attendraient grâce aux richesses et ressources détenues par la Compagnie. Au pire si les buts futures de la Compagnie diffèraient avec ceux présents, nous n'aurions cas changer de nom.

Mon esprit vagabondait perdu dans les rêves d'un futur empli de gloire et de richesses et j'en oublais le rendez-vous du midi. J'allongeais le pas pour retrouver mes compagnons

evrat

Messages : 5
Date d'inscription : 27/11/2012
Age : 35

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum