Chroniques de Féérune : la Quête des Origines

Rencontre Chaka/Marty

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Rencontre Chaka/Marty

Message  le moine noir le Mer 30 Avr - 20:20

Flamerule 643 DR

1- Chaka et Marty se retrouvèrent dans la Shaarwood. Un endroit que Chaka reconnut aisément. C'est là qu’ils étaient arrivés en 639 DR... Marty était sec, musculeux et agile. Il avait les cheveux noirs, courts. Bien qu'il se rasât régulièrement, on le percevait souvent comme mal rasé. En ce jour, il arborait un bouc et une moustache. Chose étonnante (et préoccupante) pour le mage : sa peau était devenue grisâtre. Son regard avait changé également, froid et implacable, sans une once d’humanité comme jadis. Nul doute qu'il pouvait y faire passer la peur chez son interlocuteur.

Marty : As-tu remarqué comme l'endroit est paisible? Le calme avant la tempête, comme toujours.

Pause.

Marty : Viens avec moi, mettons-nous à l'abri.

Les deux hommes marchèrent quelques minutes. Chaka avait l'impression qu’ils étaient épiés par les animaux de la forêt. Mais à distance respectueuse : les animaux ne les approchant pas à moins de vingt mètres. Ils débouchèrent dans une clairière au milieu de laquelle se dressait la maison arbre de la druidesse qui les avait recueillis plus morts que vifs, puis aidés quatre ans plus tôt. Marty y entra sans hésiter et voyant le moine noir sur ses gardes, revint sur le seuil.

Marty (un sourire aux lèvres) : Ne t'inquiète pas, j'ai fait le ménage avant que tu n’arrives…

Les deux hommes se retrouvèrent à l'intérieur. Marty s'assit sur un fauteuil à bascule et commença à se balancer. D'un geste de la tête, il enjoignit Chaka à faire de même, sans grand succès. L'endroit était bien rangé, propre et entretenu. D'abord intrigué par des bruits étranges, Chaka comprit que des serviteurs invisibles étaient à l'œuvre dans le chalet. Ces mains invisibles leur apportèrent de quoi se restaurer. Les deux hommes eurent bientôt devant eux une assiette copieusement garnie et un verre de bière fraiche et gouleyante. Alors que Marty allait croquer dans un morceau de pain d'épice garni de confiture, il s'arrêta, regarda Chaka, toujours circonspect, puis l'assiette de Chaka.

Marty (ses yeux de nouveau plongés dans ceux du mage, un sourire aux lèvres) : Veux-tu qu'on échange nos assiettes ?

Chaka : Si tu voulais me tuer, cela ferait longtemps que tu l'aurais fait. Et tu ne passerais pas ton temps à me prévenir des dangers. Je ne compte plus les fois où tu as cherché à me sauver. Pourquoi ne te ferais-je pas confiance ? Ne sommes-nous pas des "frères" à la vie à la mort désormais ? Si l'un tombe, l'autre aussi. Nos destinées sont liées. C'est ainsi.

Pause.

Chaka : Mais je n'ai pas très faim... Juste soif (il boit puis repose la chopine).

Marty savoura son pain d'épice et fit glisser le tout en vidant son verre de bière cul sec. Il resservit Chaka avant de remplir également son verre.

Marty : Tu parles de fraternité. Sommes-nous une famille? Et par frère ou famille, qu'entends-tu? Ces mots sont bien différents selon la personne qui les emploie. Pour moi, des frères peuvent avoir des vues différentes, des buts différents mais quand il le faut, ils savent faire front commun et s'épauler. Je ne t'en demande pas plus.

Chaka : Nous sommes des frères en ce sens que nous vivons selon la même règle, partageons les mêmes objectifs et le même idéal - enfin je l'espère - pour lesquels nous sommes prêts à donner nos vies, voire à souiller nos âmes immortelles... Et nous nous soutiendrons toujours : aussi profonde que soit pour l'un la descente vers le néant, le chaos, et les ténèbres, l'autre l'en délivrera toujours.

Pause.

Chaka : Mais tu as parlé de calme avant la tempête… Que vois-tu s'annoncer à l'horizon Marty ? L'Ombre brouille mes visions... mais toi, tu sembles capable de discerner une partie de ses plans. Me trompai-je ? Intentionnellement ou non, Shar, puissance du secret et de l'oubli, donne paradoxalement à certains de ses enfants chéris le "privilège" de partager ses projets les plus sibyllins.

Marty (haussant les épaules) : Je dis juste que le calme vient toujours avant la tempête. Mais le soleil vient aussi après la pluie. Sommes-nous dans une période de calme? Un temps de pluie? Le soleil a gagné une bataille. L'ombre ne peut s'en réjouir. A moins que le soleil n’ait dardé ses rayons là où il n'aurait pas dû regarder...

Pause.

Marty (ton direct) : Chaka, il serait dommage que l'on ne puisse accorder nos visions. Toi et moi, plus quelques personnes bien choisies, nous serions presque sans rivaux sur ce monde. Tes compagnons actuels sont-ils capables de comprendre cela? Parfois, pour débarrasser le monde d'un monstre, il faut savoir devenir un monstre...

Chaka : Nos pouvoirs ne font en effet que croitre, tu as raison. Avec nos connaissances et nos talents respectifs, nous rivalisons avec les plus grands de ce monde de ce temps. Cela nous contraint juste à plus de vigilance et de retenue. L'Art ou le savoir ne doivent pas être utilisés à la légère...

Pause.

Chaka : L'équipe que je réunis actuellement est composée d'individus qui n'ont pas choisi d'être embarqués dans cette histoire de fous, et qui pourtant m’accompagnent de leur plein gré, qui ne peuvent pas complètement cerner le sens de nos actions, et qui ne pourrons nous suivre sur certains sentiers. Depuis le début, je voile la vérité. C'est mieux ainsi. Pourquoi ne pourrions-nous pas avoir notre part d'ombre nous aussi ? Puisqu'en Mystra elle-même résident les essences de Séluné et de Shar... Je pourrais me passer d'eux, nous pourrions n'agir qu'en duo, mais il me semble que nous aurons plus d'efficacité séparés, toi... avec Azgad ? moi... avec eux.

Pause.

Chaka (pensif) : Tu n'as pas vécu ces événements, moi si. Nous étions 14 à l'origine, 7 frères, 7 soeurs. Je ne veux, ni ne peux croire qu'il n'y ait derrière tout cela un plan divin de Mystra, puissance de la magie, mais aussi des mystères. Toi et moi en sommes les derniers survivants. Tous les autres sont morts ou ont été écartés. Voy, que j’ai la ferme intention de ramener à mes côtés, n'a jamais compris ce qui lui arrivait. Pauvre bougre… Et Wyrven s'est réfugié auprès des elfes, il est en sécurité et bien encadré. Il n'y a plus que nous dans la course.

Marty (moue dubitative) : Un plan de Mystra… certainement. Mais je dirais plus exactement qu'il y a DES plans. Le plan du boulanger qui cherche à payer sa farine moins cher, le plan du mari infidèle qui doit cacher ses écarts à sa femme, le plan de l'empereur qui s'achète une conduite pour masquer ses propres excès? Ces plans terrestres ne nous intéressent plus toi et moi.

Son regard s'embrasa presque.

Marty : Non, nous visons plus haut (s’exclama-t-il en désignant le ciel du doigt). Quant à Mystra... si son plan est de mourir tous les millénaires... en effet, c'est bien vu... dit-il d'un ton légèrement dédaigneux. Toi et moi sommes les seuls à savoir que Mystra va encore mourir deux fois dans les mille ans qui viennent !!! Deux fois !!! Et que DEVONS-nous y faire ? Que POUVONS-nous y faire? La réelle question est, doit-on, sachant ce qu'on sait arriver, encore miser sur Mystra ?

A ce moment, Marty sentit qu'il avait gagné : il avait touché un point sensible chez son interlocuteur. Ce dernier resta coi un long moment.

Chaka (sur un ton nettement moins assuré que d'habitude) : Ce n'est comme pas si je n'avais pas déjà songé à cela... Mais peut-être pas pour les mêmes raisons que toi...

Pause.

Chaka : Le futur tel que nous le connaissons pourrait être empêché. Nous avons déjà largement contribué à diminuer sa probabilité d'apparition et ce n'est pas fini. Avec ce que je projette de faire, ce futur n'adviendra pas, en tout cas pas sous cette forme cataclysmique et radicale. Mais les événements qui n'auront pas lieu - selon moi - ont pourtant bien eu lieu. Nous le savons, nous sommes les seuls à le savoir. La question que tu sous-entends est naturelle : à quoi bon servir une puissance faible ? Faible car plusieurs fois détruite au cours des âges, faible parce que dans l'incapacité d'avoir anticipé sa fin ? Oui, faible, mais cette apparente "faiblesse", Marty, n'a-t-elle en réalité pour causes premières une trop grande compassion pour - ou confiance en - la création d'Ao ? Faible pour n'avoir pas compris, ou pas voulu comprendre, que les lois d'Ao n'existaient que pour être transgressées...

Pause.

Chaka (le regard voilé, serrant les poings) : Mais je suis fatigué de ces questions sans réponses. Fatigué de ces petits jeux absurdes entre puissances, aux conséquences désastreuses, mortifères, des océans de souffrance... Ne pouvons-nous pas nous affranchir - comme d'autres avant nous - des allégeances traditionnelles de mortels à puissances ? Est-ce là ce que, toi aussi, tu as à l'esprit ? Est-ce là ce que tu appelles "accorder nos visions" ?

La sagacité de Marty n'avait en effet pas manqué de percevoir ce que trahissaient les hésitations du moine noir. Son regard se fit encore plus perçant. Il s'avança vers Chaka et allait ouvrir la bouche mais se retint. Il hésita. Marty regarda autour de lui. Puis il regarda ses mains pendant plusieurs secondes avant de doucement les joindre devant lui en fixant Chaka dans le fond des yeux. Le mage soutint le regard. Il était à nouveau parfaitement serein.

Marty : Finalement, tout cela aura peut-être eu du bon si tu as enfin réalisé ce qui se passe réellement. Enfin pas que je doute que tu l'aies déjà réalisé mais tu sembles désormais l'accepter, le prendre pour acquis. Tu comprends également mieux pourquoi j'avais pendant un temps perdu le goût de la vie. Quand on sait cela, on trouve sa vie futile, sans saveur. A quoi bon jouer si les dés sont pipés?

Marty écarta rapidement ses mains jointes et imita un bruit d'explosion,

Marty : Poooooooouuuuuum !!! Voilà ce qui se passe dans la tête de celui qui comprend. Son monde explose, tout s'écroule autour de lui... Toi et moi n'étions pas préparés à cela. Personne ne l'est. Mais on a su réagir, nous relever. Pourquoi ? Car toi et moi partageons la même inextinguible envie de vivre !!!

Pause.

Marty : Peu de gens en auraient été capables. C'est pourquoi il ne faut pas partager cela à la légère. Ce savoir peut détruire le plus endurci des hommes.

Pause.

Marty : Comme tu le dis, nous avons le droit à notre part d'ombre. C'est à nos compagnons de le comprendre. Ils nous remercieraient s'ils savaient. Nous les laissons dans l'illusion réconfortante.

Marty se rapprocha de Chaka et baissa le ton jusqu'à presque murmurer.

Marty : Maintenant, que Mystra soit faible par pêché d'orgueil, par naiveté ou par manque de puissance, peu importe. Peu importe (répète-t-il en détachant chaque syllabe). Ce qui importe, c'est que d'autres, dans l'histoire que toi et moi connaissons, ont compris cela. Ils ont vus que les dés étaient pipés au plus haut de la chaine. Alors que faire? Tu parles d'affranchissement. Hum... Tu m'avais presque convaincu de ton idée. Qu'en perçant le mystère des Imaskari, on trouverait LE moyen. S'affranchir des dieux... Mais je vois plusieurs freins à ton plan. Un, il a fallu des milliers d'années à ce peuple pour réussir. Mettons que leurs connaissances compilées et la magie que l'on possède nous aide, on aura surement besoin de dizaine d'années. Beaucoup trop long!!! De plus, j'arrive à mon point deux, tout cela a volé en éclat quand Ao a changé ses plans, allant parfaitement dans le sens de ta pensée que les lois sont faites pour être transgressées...

Marty se rapproche encore, il saisit Chaka par les épaules, les deux visages étaient presque collés. Marty jeta un regard fugace vers le ciel.

Marty : Tu vois où je veux en venir n'est-ce pas? Il n'y a pas d'autre issue. Je ne me satisferai jamais d'être le pion de puissances si faillibles...

Un sourire éclaira le visage de Marty.

Marty : Et toi mon frère?

En une fraction de seconde, Chaka se trouva non plus sous le contact des mains de Marty mais... à quelques pas de lui sur sa droite. La colère assombrissait son visage, il ne supportait plus qu'on le touchât. Un tourbillon d'énergie électrique crépita autour de ses jambes, de son torse, de ses bras, dressant ses cheveux sur sa tête, tandis que ses yeux plissés, emplis d'ire et de haine, brillaient d'une lueur écarlate des plus inquiétantes. Marty leva un sourcil devant l'énervement du mage et eut un mouvement instinctif de recul. L'énergie se concentra dans les mains de l'archimage puis s'évapora doucement en même temps que le mage expirait profondément, retrouvant son calme.

Chaka (voix douce) : Tu connais la réponse, mon frère.

Marty : Eh bien ! N'as-tu pas assez lâché tes énergies magiques pendant la bataille de plaines?

Marty plissa les yeux en regardant Chaka.

Marty : Depuis quand quelqu'un d'autre qu'un assaillant t'a touché pour la dernière fois?

Marty arborait un petit sourire.

Marty : Te connaissant, je suis déjà sûr qu'aucune femme n'a jamais posé la main sur toi... Des accolades viriles avec Aryon ? Des poignées de mains féroces chez les Lions? Ne néglige pas l'importance des gestes mon frère. Une main posée sur l'épaule, une poignée de main, sentir la chaleur d'une main sur sa nuque ou son torse. Autant de sensations qui nous font nous sentir vivants. Profitons-en tant qu'il est encore temps...

Pause.

Chaka (comme indifférent à ces remarques) : Pour quitter cet état d'esclaves, de pions, de marionnettes entre les griffes des puissances supérieures, plusieurs solutions s'offrent à nous : renoncer à prendre part à cette lutte, sortir de ce jeu, nous tenir à l'écart ou bien... nous hisser nous-mêmes au rang de puissances... ou bien encore les défier et les détruire en dépit de notre condition mortelle, conquérir par la force notre pleine et entière liberté. Dans le dernier cas, il nous faut un moyen de pression, quelque chose qui les effraie et qui puisse potentiellement les vaincre. Tu as trouvé cela. As-tu amené la clef ?

Marty : En effet, le nombre de possibilités est restreint mais pas si limité. Tes deux options ne sont-elles liées ? L'histoire est remplie de gens pas forcément plus forts que nous actuellement et qui ont su profiter des événements pour atteindre le statut supérieur. Car je ne suis pas utopiste non plus. Je sais que pour que ces choses arrivent, il faut un sacré concours de circonstances. On n'arrive pas devant une puissance pour la défier et prendre sa place. Cela va donc être notre objectif. Mettre en place les conditions nécessaires à ce concours de circonstances favorables.

Marty passe sa main sur la table paume face à la table et d'un geste digne d'un grand prestidigitateur, retourne sa main, laissant apparaitre une grande clé en or. Marty regarde la clé quelques secondes puis lève les yeux vers ceux de Chaka.

Marty : Et avec cela, si ce qu'on raconte dessus est vrai, nous tenons la première marche de notre escalier céleste !!!

Les yeux de Chaka s'illuminèrent à nouveau, mais de façon naturelle cette fois. Le mage fixait la clé, hypnotisé.

Chaka (visiblement ému, dans un soufle) : Marty, je n'arrive pas à y croire. C'est fantastique...

Pause.

Chaka (soudainement excité comme un écolier) : Comment as-tu fait pour récupérer la clé ? Raconte-moi et de grâce n'omet rien ! Chaque détail a son importance pour la suite !

Marty se resservit à boire. Il avait la gorge sèche.

Marty : Tu sais que je pourrai en boire des litres et des litres que je ne sentirai aucun effet.

Il regarda sa chope, fit un signe vers Chaka pour trinquer et la vida d'un trait.

Marty : Suite aux découvertes que vous aviez faites à Lhesper, je me suis intéressé aux Imaskari. Et quand tu mets un pied la dedans, tu es bon pour y passer ta vie !!! Incroyable ce que ces gens ont fait. C'est d'ailleurs inversement proportionnel avec la quantité d'informations que l'on peut trouver sur eux. Il a fallu batailler dur pour rassembler les morceaux. Mais avec l'aide adéquate, on peut gagner un temps précieux. Aussi, je me suis dit que plutôt que de tout prendre de zéro, autant que j'essaie de trouver des gens qui m'avaient précédé. Et coïncidence ou non, il se trouvait justement que récemment, plusieurs personnes s'étaient intéressées de près à ce sujet. Trois exactement. Tu en connais deux. Je vais te parler de la troisième.

Pause.

Marty, voyant que Chaka ne touchait pas au pain d'épices, prit sa part. Il semblait se délecter.

Marty : Tu devrais vraiment gouter. C'est quand on commence à les perdre qu'on apprécie encore plus ces petites choses.

Il avala le dernier morceau et reprit,

Marty : As-tu entendu parler de la Galerie Obscure ? J'imagine que non. Si? Bon en tous cas j'imagine que tu creuseras plus que moi là-dessus. Voilà ce que j'ai appris sur eux. Il s'agit d'amis à toi qui décidèrent de s'exiler de notre monde peu avant que leur monde s'écroule. Ils débouchèrent sur le Demi-Plan du Cauchemar. Là, ils vécurent longtemps et leur descendance prit les traits de l'endroit, devenant des monstres. Et pour ce que j'en ai vu, crois-moi que ce sont bien des monstres !!! Des bras en plus, des yeux partout, beurk... dégueulasse... Toujours est-il qu'ils s'intéressaient aux Imaskaris. Pourquoi ? Aucune idée. Mais qui s'intéressait aux Imaskaris retenait toute mon attention. Je les ai surveillés pendant des semaines et leurs recherches ont abouti. Au cœur du désert, ils ont trouvé un endroit abandonné depuis très longtemps. J'avais réussi à me faire engager dans l'expédition et j'ai pu être aux premières loges. Des gardiens faits de Crystal et de Métal, des barrières magiques, des pièges élémentaires, beaucoup sont tombés. Les gens de la caravane servaient de chair à canon et de déclencheurs de pièges... Et finalement, on est arrivé au bout du complexe. Il y avait cette clé flottant au-dessus d'un autel. Autour, beaucoup d'inscriptions et de fresques, le tout écrit dans leur langue horrible... Tout se passait plutôt bien quand deux choses se sont produites. Un, lorsque le magicien de l'expédition a récupéré la clé, on l'a vu soudain être frappé d'énergie, trembler, gigoter, perclus de douleur puis il a implosé... Sur ce, une sorte de créature de métal est apparue. Elle ne ressemblait pas à celles qu'on avait combattues. Elle venait clairement d'ailleurs. Et elle avait une mission. Elle réclamait la clé et disait qu'elle ne partirait pas sans la clé, qu'il fallait honorer le contrat millénaire, etc...

(Quand Marty décrit la créature, Chaka pense qu'il s'agit d'un Inevitable, peut être un Kolyarut ; lien avec le Marut intervenu pour enterrer l’orbe de Madryoch ?).

Marty : Les membres de l'expédition n'étaient clairement pas d'accord et le combat s'est engagé. Le robot est vraiment costaud mais je crois qu'ils l'ont détruit. Toujours est-il que je n’ai pas demandé mon reste. J'ai serré les fesses, fait une prière et mis la main sur la clé. J'ai cru que j'allais m'évanouir tellement un truc étrange m'a traversé de part en part. Il m'a resté juste assez d'énergie pour me barrer de là...

Marty souffle en terminant son récit, éprouvé encore maintenant par les événements.

Marty (plongeant son regard dans celui de Chaka) : Je savais que les dieux pouvaient être vraiment moches... mais ça (dit-il en tapotant la clé) ça, c'est au-delà... c'est vraiment sale...

Chaka écouta Marty religieusement, dans un état d’extrême concentration, relevant chaque détail, hochant parfois la tête en guise d’approbation, comme si les révélations de son frère, venaient harmonieusement compléter le résultat de ses propres investigations. Lorsque Marty eut fini son récit, Chaka resta un moment silencieux.

Chaka (rompant enfin le silence) : Ce que tu viens de me conter est très intéressant, oui vraiment très intéressant, et, par certains côtés, assez inattendu… Mais avant de te faire part de mes conclusions et de te donner des éléments supplémentaires, il importe de dissiper tout foyer d’incompréhension et de combler les éventuelles approximations et lacunes. Commençons, si tu le veux bien, par nous mettre d’accord sur le corpus d’informations à notre disposition.

Marty : Tu auras toutes tes réponses si j'obtiens ton soutien. Et celui de tes compagnons qui pourront également poser leurs questions... Dans l'hypothèse où toi et tes compagnons ne souhaiteraient pas avoir affaire avec moi, j'irai trouver d'autres alliés car je ne peux être en sécurité tout seul. J'ai absolument besoin de soutien.

Chaka : Tu es un fou de penser que mes compagnons du moment, surtout le prêtre et Ténaris, t'accepteront toi et ton plan - de ce que j'en comprends. Quand bien même ils te seraient prêts à te pardonner et à te faire confiance, ils se tourneront vers moi pour avis et s'ils me voient dubitatif... Quant à ton idée de trouver d'autres alliés, elle est ridicule et révélatrice d'une certaine naïveté. Je m'explique. J'ai côtoyé de nombreux magiciens ou prêtres servant la "cause du bien". Ce sont des êtres sages, modérés et prudents. Ils répugneront à te suivre dans des projets aussi insensés que ceux que nous venons d'évoquer. Ainsi, soit tu trouveras des êtres effectivement puissants mais ils ne pourront être que maléfiques, aussi dangereusement ambitieux que toi, t'utiliseront ou te tuerons et te prendront la clé et tu auras échoué et MIS LE MONDE EN GRAND DANGER, soit ils seront trop faibles pour t'être vraiment d'une grande utilité et tu auras également perdu la partie...

Pause.

Chaka : En ami, je te déconseille d'utiliser la clé ; tu n'as vraiment aucune idée de ce que tu peux déclencher - croyant faire bien. Si c'est avec moi que tu veux travailler, sache que mon prix est élevé. Parce que je suis sage, prudent et modéré, plus encore peut-être que mes maitres, tu me confieras la clé, afin que je la protège - personnellement cette fois-ci. Quand je l'estimerai souhaitable, et après avoir mis en place les sécurités qui s'imposent, je prendrai le risque d'interagir avec elle afin de savoir ce qu'elle peut faire exactement et avec quelles conséquences.

Marty plissa les yeux et soupira profondément. Puis il parla en prenant une voix nasillarde,

Marty : Tu es fou, ridicule, naïf, tu vas échouer, tu n'as aucune idée... Seul moi le grand Chaka suis à même de savoir, contrôler, organiser, planifier (ponctue-t-il de grands gestes de bras).

Marty reprit sa voix normale,

Marty : Ton problème Chaka est que ton orgueil démesuré t'empêche de considérer les gens que tu as en face de toi à leur juste valeur. Ou du moins à une valeur qui leur donnerait de l'intérêt pour toi. Aussi es-tu en permanence méprisant, au mieux désagréable et ainsi ne t'attire aucune sympathie. Comment, dans de telles conditions, peux-tu espérer que des gens te suivent pour autre chose que ton pouvoir et ton savoir. A vouloir tout calculer et contrôler, tout seul, tu n'es qu'une coquille vide qui se trouve régulièrement dépassée. J'ai fait la même erreur par le passé. Croire que je pourrai être plus malin que tout le monde. Contrôler mon univers et utiliser les autres comme des outils. Mais ça ne fonctionne pas. Si les autres ne sont pas prêts à te suivre car ils croient en toi, tôt ou tard, ils se détournent de toi. Et tu termines seul. Et seul, tu es perdu.

La respiration de Marty était lente. Sa voix était posée. Un sentiment de déception se lisait sur son visage.

Marty : Je t'ai tendu la main et encore une fois, tu n'as même pas daigné enlever ton gant. J'avais raison en pensant que tu étais devenu plus humain. Ton orgueil devient sans limite. J'irai voir tes compagnons et je leur parlerai car je ne suis pas pétri de certitudes comme toi. Je verrai bien ce qu'ils me diront. Tout ne s'apprend pas dans les livres d'histoire.

Chaka (qui est resté assis, tirant sa pipe et la bourrant de tabac) : Si seulement tu étudiais un peu plus l'histoire... "Le grand Chaka" te dit simplement : dans le doute, abstiens-toi. "Le grand Chaka" te dit : reste à ta place ; tu n'as pas le niveau pour entrer dans cette danse, tu n'es pas prêt. Marty, pour l'instant, celui qui est seul, c'est toi. Et l'orgueilleux dans l'histoire me semble être celui qui croit pouvoir utiliser les objets des temps anciens pour satisfaire ses ambitions propres ou pour prétendre modifier l'avenir avec de tels projets ! C'est ce que je répéterai à mes compagnons et je pense qu'ils m'écouteront. Je mettrai mon véto à toute collaboration avec toi sans que l'un d'entre nous - tu peux choisir lequel - récupère la clé. Ce sera le prix de ma confiance et de mon aide. Tu es prévenu. Là-dessus, fais ce que bon te semble, mon frère.

Longue pause. Chaka alluma sa pipe et commença à tirer quelques bouffées. La tension, palpable, commença à redescendre.

Marty (soupir) : Je sais que j'ai besoin de ton aide.

Chaka (souriant) : En effet.

Pause.

Chaka : Aurai-je les réponses à mes questions ?

Marty : Pose-les.

Chaka : Parfait. Alors je commence. De quels morceaux d’informations sur les Imaskari parles-tu exactement ? Comment y as-tu eu accès ? Quels centres de savoir as-tu pu visiter ? Avec qui as-tu échangé ?

Marty : Je parle d’informations glanées via les deux premiers intervenants. De mon coté, j’ai creusé une piste sur laquelle Calypso m’avait orienté. J’ai rencontré une sorte de pieuvre à Skullport, sous Waterdeep. Elle m’a parlé de son peuple, de ses origines, des liens avec d’autres races comme les Changeurs de Formes et aussi qu’il y avait des ruines sous-marines proche des Iles Moonshae. Puis j’ai eu vent d’un nouvel intervenant dans la course aux informations sur les Imaskaris et je me suis concentré dessus.

Chaka : Qui sont les deux premières personnes que je suis censé connaitre ? Que sais-tu de leur travail ? Que sait la troisième personne du travail des deux premières ?

Marty : Les deux autres sont ton amie Calypso et Damian. La troisième s’appelle Sixx, c’est le chef de la Galerie Obscure.

Chaka : Que veux-tu dire par galerie obscure ?

Marty : C’est le nom qu’ils se donnaient. Je n’ai pas pu creuser plus là-dessus. En le faisant on doit pouvoir en savoir plus. J’ai compris que certains d’entre eux avaient un lien avec Ghaunadaur.

Chaka : Que sais-tu du Demi-Plan du Cauchemar ?

Marty : Peu de choses. Ces créatures de la Galerie viendraient de là-bas via des Portails.

Chaka : De quelles capacités semblaient disposer les créatures que tu accompagnais ?

Marty : Principalement des capacités magiques. Ils étaient presque tous magiciens ou doués de capacités.

Chaka : Quelle astuce as-tu utilisée pour te faire engager ?

Marty : Je me suis fait passer pour un caravanier.

Chaka : Où se situe l’endroit que tu évoques ? Pourrais-tu le retrouver ? Comment ceux que tu accompagnais ont-ils trouvé l’endroit dans le désert ? Avaient-ils une carte, un guide local ? Ont-ils fait usage de magie ?

Marty : L’endroit se situe dans le désert du Calim. Il ne serait pas aisé à retrouver. Outre une expédition conséquente et des guides pour voyager dans le désert, ils ont fait usage de magie.

Chaka : Qu’as-tu observé de notable dans le complexe ? Qu’as-tu compris de sa structure, de son architecture, de sa géométrie ? As-tu vu des colonnes, des symboles magiques, des choses ressemblant à des portails ?

Marty : Un complexe souterrain fait de pierre, de métal, de verre et de crystal. Des colonnes oui, des symboles magiques oui, des portails oui. C’était principalement ce qui constituait le complexe. Il s’agissait de la tombe d’un Seigneur Artificer.

Chaka : De quel horrible langage parles-tu ? Peux-tu reproduire quelques caractères et le contenu des fresques ?

Marty : Je parle du Roushoum. Horrible car très compliqué à comprendre et assimiler. Même avec de l’aide magique, il m’a fallu des mois pour le maitriser.

Chaka : Peux-tu répéter précisément les paroles de la créature de métal ? Dans quelle langue s’exprimait-elle ?

Marty : Précisément non. Elle disait qu’elle voulait la clé et qu’elle ne partirait pas sans elle. Elle disait aussi qu’il fallait honorer le contrat millénaire. Elle disait cela en boucle comme si elle était programmée. Elle a parlé dans plusieurs langues. La plupart que je connaissais.

Chaka : Qu’as-tu ressenti exactement quand tu as touché la clé ? Quel genre d’effets magiques ?

Marty : Des picotements puis une vague d’énergie désagréable qui a traversé mon corps, comme si mes os allaient sortir de ma peau et une fatigue immense.
avatar
le moine noir

Messages : 478
Date d'inscription : 02/12/2007
Age : 43
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum