Chroniques de Féérune : la Quête des Origines

19 Nightal 639 DR, Mont Talath, Halruaa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

19 Nightal 639 DR, Mont Talath, Halruaa

Message  le moine noir le Dim 9 Juin - 12:14

(Récit écrit en netherese)

Dix-neuvième jour du mois de Nightal, 639 DR, Mont Talath, Halruaa, Faerun, Deuxième Âge de ce monde.

Je partis de Derlusk le 14 Nightal au matin à dos de pégase (fantôme). Suivant le tracé des routes commerciales, j'atteignis les environs Sheirtalar dans la soirée. Là, je fus attaqué par deux élémentaires de l'air envoyés par les druides. Je m'en sortis grâce à l'aide inopinée d'un ranger du nom de Will, un homme d'environ 50 ans, un peu bourru, mais doté d'un bon fond, qui m'expliqua être en froid avec l'Enclave d'Emeraude. Nous discutâmes jusque tard dans la nuit. Il était de ce genre de personnes qui, aptes à écouter, inspiraient la confiance. Il semblait savoir des choses sur moi. Comment ? Cela demeurait un mystère... Parce qu'il m'avait sauvé la vie, je lui promis de l'aider récupérer un objet auquel il était manifestement sentimentalement fort attaché. Il s'agissait d'un médaillon en forme de croissant de lune dont il possédait un exemplaire, qu'il me montra. Selon lui, l'autre exemplaire était caché quelque part dans la ville de Lushpool (au cœur de l'empire de Lapaliiya).

Le lendemain, nous volâmes jusqu'à la cité de Lushpool qui se trouvait sous le vent de la péninsule d'Ithmong, à l'embouchure de la baie de la Talar. Lushpool était construite à flanc de coteau, sur sept terrasses, la plus basse servant de port et la plus élevée étant réservée au prince royal. La divinité tutélaire de Lushpool était Eldath. La ville était connue pour ses bassins drapés de mousse et ses magnifiques jardins suspendus. Ces bassins servaient à élever plusieurs espèces rares de poissons d'eau douce dont les œufs étaient considérés comme un vrai délice dans l'ensemble de Faerûn. C'est ce produit plus que tout autre qui avait offert à Lushpool sa prospérité. Le prince royal de Lapaliiya était le souverain de Lushpool, mais un conseil de satrapes gèrait les affaires quotidiennes de la ville. On murmurait que neuf des seize satrapes étaient en réalité des yuan-tis sang-pur du clan Hazim'tar de la tribu Eselemas. Si cette rumeur était vraie, Lushpool était bel et bien entre les mains des yuan-tis depuis au moins deux siècles ! On prétendait que le clan Hazim'tar avait apporté la réserve de poissons rares des bassins de Lushpool, des poissons originaires des profondeurs du lac Lemas et donc inconnus des humains. C'est peut-être pour cette raison que les souverains humains de Lapaliiya et leurs proches conseillers fermaient les yeux depuis des générations.

Aidé de ma magie, nous n'eûmes aucune difficulté à localiser et à récupérer (de nuit) le médaillon. Après quoi, Will accepta de me servir de guide jusqu'aux portes de l'Halruaa, jusqu'à la fameuse passe de Talath, un étroit ravin qui s'enfonçait dans le cœur des montagnes. Le 16 Nightal, nous survolâmes les steppes immenses connues sous le nom de Désolations des brigands (Bandits Wastes) apercevant de temps à autre une créature chasseresse ou un groupe de cavaliers. Alors que le soleil baissait, que le bleu se fondait dans de l'or pur, que la chair vivante du ciel se noyait lentement de toutes les teintes de l'ombre apparurent devant nous les premiers  contreforts rocheux. Nous touchions au but. Durant le trajet, nous avions beaucoup conversé Will et moi. Je lui avais parlé de mes problèmes avec l'empire, avec l'Enclave, j'avais même évoqué le nom de la dragonne, Arshadalon, qui ne lui était pas inconnue. Nous nous posâmes pour nous sustenter et boire. A ce moment, le ranger me conta un épisode incroyable de sa vie :

Il y a 30 ans environ, j'eus l'occasion d'accompagner mon maitre dans les Wyrmbones avec quelques autres disciples. Je vis un groupe d'une dizaine de personnes dirigé par Angarath IX en personne ! Je les suivis. Ils se dirigèrent vers une caverne d'où sortaient des bruits terrifiants qui faisaient trembler la terre. Je pénétrai dans la caverne à la suite des autres. Les cris étaient ceux d'une dragonne colossale aux écailles écarlates : Arshadalon ! Dissimulé, j'observai la scène. La dragonne mit au monde une créature mi-homme mi-dragon. Le spectacle était aussi horrible que fascinant, grotesque et sublime à la fois. J'étais comme hypnotisé. Soudain, une énergie semblant venir de nulle part frappa le groupe, éradiquant toute vie à l'exception de celle de l'empereur. Une forme humanoïde fit son apparition. De taille modeste, voûtée, et vêtue d'une ample bure. Abaissant son capuchon, je vis son visage : il s'agissait d'un sarrukh ! Ashardalon était à l'agonie. Le sarrukh et Angarath prirent soin de désintégrer les cadavres des membres de l'expédition. Puis Angarath sembla demander quelque chose au sarrukh. L'autre ne voulait pas céder. Mais devant l'insistance de l'empereur, il finit par obtempérer. Il accomplit un long rituel, puis dirigea d'immenses énergies multicolores sur la créature nouvelle-née. Cette dernière fut soulevée au dessus du sol : elle lévitait à environ deux mètres de hauteur, enveloppée de magie. Peu à peu, ses traits reptiliens s'effacèrent. Lorsque le rituel prit fin, la créature était devenue parfaitement humaine. Elle avait l'apparence d'un enfant en bas âge de sexe mâle. Le sarrukh traça un petit tatouage sur l'épaule droite du bambin : un serpent noir. Angarath prit l'enfant dans ses bras, le visage radieux. Il se pencha près de la tête du dragon et murmura ses quelques mots "notre enfant vivra et accomplira son destin, je t'en fais la promesse mon amour". Puis le sarrukh stoppa l'hémorragie de la dragonne et guérit une partie ses blessures les plus sérieuses. Je m'éclipsai discrètement, profondément bouleversé par ce dont j'avais été le témoin.

Visiblement soulagé d'avoir pu transmettre ce témoignage stupéfiant, Will me fit jurer de n'en révéler à mon tour le contenu qu'à des personnes dignes de confiance. Je jurai la main sur le cœur... mais déjà mes pensées vagabondaient. Un sarrukh... Pouvait-il s'agir d'Arthindol, le Terraprophète ? Le légendaire sarrukh poursuivait-il "son expérience" au travers de Gulthias et de la dragonne ? Je me souvins que les sarrukhs avaient effectivement le pouvoir de métamorphose universelle sur les créatures qu'ils avaient créées : nagas, yuan-ti et autres monstruosités semi-humaines, semi-reptiliennes. Ce pouvoir s'étendait à l'évidence aux demi-dragons.

J'avais deviné certains des secrets que le ranger dissimulait avec pudeur sous sa carapace d'aventurier blasé. Mais sa dernière requête, je ne la vis pas venir. Elle me prit totalement au dépourvu. Will voulait que je l'aidasse à mettre fin à ses jours tel un ami sincère. Moi seul avait le pouvoir d'enfoncer dans sa poitrine offerte la lame d'argent qu'il me tendit sans trembler. Bouleversé, je l'encourageai de toutes mes forces à renoncer à ce funeste projet, à continuer la lutte. Las, ma rhétorique enflammée n'eut pas raison de sa froide détermination. Le regard sombre qu'il me lança résumait tout. Pour cet homme, l'existence était devenue une souffrance indicible. Depuis des années déjà, il n'aspirait qu'à rejoindre celle qu'il aimait. Ce fut au sommet d'un petit monticule qu'il s'éteignit, l'esprit apaisé, face à la plaine et aux montagnes toutes entières baignées de la douce lumière rosacée du crépuscule.

Will m'avait assuré que l'avant-poste halruéen était proche. Livré à moi-même, je décidai de m'engouffrer dans la passe et volai jusqu'à la Porte Noire, la seule entrée de l'Halruaa à l'ouest. Bâtie au milieu du canyon qu'elle barrait complètement, la Porte Noire faisait environ 60 pieds de haut, pour 90 de large. De part et d'autre de l'imposante muraille, les halruéens avaient construit deux tours jumelles, les Tours des Dents : Narchost et Carchost. Au sommet des tours, des guetteurs se succédaient jour et nuit afin de prévenir toute tentative d'invasion du pays. Lorsque je me stabilisai en face de la tour du nord, chevauchant mon pégase noir aux crins blêmes, les soldats, qui comptaient dans leur rang des mages de guerre, me hélèrent et, tandis que je m'élevais lentement à leur niveau, me posèrent moult questions. Mon statut d'archimage facilita les procédures. Finalement, ils me permirent de passer. Là, je pus m'entretenir avec le capitaine de la garde, qui dépêcha quelques hommes pour m'escorter jusqu'à la nouvelle capitale, Halarahh.

La troupe montait des chevaux à l'apparence normale mais qui semblaient infatigables. Nous galopâmes pendant près de deux heures. Je pris alors conscience que la grande majorité du pays était constituée de plaines plates et fertiles où coulaient des rivières serpentines. Un petit paradis protégé au nord, à l'ouest et à l'est par des frontières naturelles quasiment infranchissables, une terre paisible pour l'essentielle composée d'humbles agriculteurs. Tard dans la soirée, nous atteignîmes la capitale. Plus d'un tiers des 8000 habitants de la ville étaient des magiciens pratiquants. Leurs tours illuminées dominaient l'horizon, offrant à mes yeux d'étranger un spectacle époustouflant. L'architecture de cette ville était en réalité le résultat de ce qu'on appelait la "guerre des tours", une forme de compétition cyclique au cours de laquelle les magiciens d'Halarahh tentaient d'élever leur tour au-dessus de celles de leurs rivaux. Extravagante Halarahh où la magie était omniprésente jusque dans les détails les plus anodins. La vie devait être bien difficile pour ceux qui n'avaient pas le don. J'appris plus tard que, dans tous les milieux, faveurs et promotions étaient attribuées à ceux qui avaient le don, rarement à ceux qui manquaient de talents magiques. Le dicton "aussi inutile qu'une épée à Halarahh" était souvent entendu dans la bouche d'anciens habitants d'Halarahh qui, frustrés, avaient décidé de déménager. Au temple de Mystra, je rencontrai le père Dinalo, mon contact dans le pays, l'ami du vieux précepteur d'Arion et l'informai de mes intentions.

Le 17 Nightal au matin, Dinalo fit irruption dans ma cellule et me demanda de rassembler mes effets : le grand prêtre Bricassart, chef suprême du grand temple de Mystra à Mont Talath et plus haute autorité du pays (et peut-être même du continent) en matière d'arcanes et de mystères divins, m'avait convoqué. Bricassart avait reçu des augures favorables me concernant. La Déesse souhaitait notre rencontre ! Nous nous rendîmes à Mont Talath par portail. Le grand temple de Mystra était creusé dans la montagne. Il s'agissait en fait d'un vaste lieu de culte censé inspirer un profond respect et d'un gigantesque complexe de cavernes bâti afin de conserver, en toute sécurité, des siècles de connaissances magiques. Le réseau était quelque peu organisé - en réalisant cinq ou six années de recherches poussées, on pouvait y trouver toute information magique imaginable. Les magiciens halruéens assuraient à qui voulait bien l'entendre qu'ils étaient capables d'y dénicher tous les renseignements qu'ils souhaitaient, aidés de sorts spécifiques. Je mesurais avec émotion et gravité l'immense privilège qui m'était accordé. Les magiciens étrangers payaient normalement des sommes exorbitantes pour pénétrer dans les pièces réservées aux apprentis halruéens. Une audience avec le grand prêtre du temple pouvait prendre des mois, voire des années. Elle n'était accordée qu'à des magiciens légendaires.

Mon premier entretien avec Bricassart fut intense et d'une importance considérable. Je lui révélai ma véritable identité et lui fis le récit de mes aventures depuis huit mois. Il écouta avec une attention extrême. Je lui exposai certaines de mes théories concernant le futur, allai jusqu'à lui dévoiler les intentions de Shar telles que nous les connaissions. En retour, alerté par mes propos, il me confia qu'il avait reçu une semaine plus tôt une vision inquiétante qui le troublait fort :

Une caverne aux dimensions impressionnantes. Une forme humaine, féminine, vêtue d'une longue bure noire, semble discuter avec un dragon rouge ancien et colossal. Les mains de la femme, d'abord cachées par les larges manches de la bure, révèlent finalement ce qu'elles tiennent : l'une une sphère noire avec des ombres dansantes à l'intérieur, l'autre une épée. Le dragon sent la menace. Furieux, il souffle. La forme féminine est pulvérisée... et se reforme peu à peu. Elle a maintenant un visage, à moitié dissimulé dans les ombres, un visage qui ne sourit pas. Elle prononce une incantation. Le dragon subit un assaut mental qui le fait chanceler. Reprenant ses esprits, il attaque de plus belle. Mais la forme est trop puissante et, usant de magie noire, projette une vague d'ombres gigantesque qui enveloppe le grand ver et le contraint à l'impuissance. Victorieuse, la forme féminine éclate de rire, jette l'épée en direction du dragon, et disparait.

Nous tentâmes ensemble d'en interpréter le sens. La forme emburée, humaine et féminine, perdue dans les ombres pouvait fort bien symboliser la Déesse des ténèbres. L'épée était sans conteste Gemma. Quand à la sphère noire avec des ombres dansantes à l'intérieur, elle me rappelait le shadow engine que j'avais vu et tenu dans mes propres mains !

Les 18 et 19 Nightal, j'eus d'autres entretiens avec Bricassart au cours desquels je pus rectifier certaines erreurs et préciser des points délicats. Et tandis que j'énonçais méthodiquement les faits, de nouvelles idées se bouculaient dans ma tête. Le grand prêtre m'aida à définir un vaste programme d'études, me promit le soutien d'érudits triés sur le volet pour m'assister dans mes recherches, et bien évidemment un accès illimité aux formidables ressources du temple à la condition que je le tinsse très précisément et très régulièrement informé de toutes mes découvertes, conjectures et réfutations. Il se montra favorable à l'idée d'une entrevue avec Ecamane Truesilver, mon aieul, Haut Mage de Silverymoon depuis deux ans.

Dans la journée du 19 Nightal, je reçus un message de l'empereur Angarath X en personne. Il m'invitait à me rendre à Lhesper le 20. Il était désireux de rencontrer ceux qui avaient participé à sa "libération".
avatar
le moine noir

Messages : 478
Date d'inscription : 02/12/2007
Age : 43
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum