Chroniques de Féérune : la Quête des Origines

La Magepeste (Spellplague) de 1385 DR

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Magepeste (Spellplague) de 1385 DR

Message  le moine noir le Dim 9 Juin - 12:00

(Notes écrites en netherese)

Les manifestations magiques et fantastiques abondent dans les Royaumes Oubliés. Ceux qui savent observer peuvent apercevoir des secrets profanes cachés dans des mouvements séculaires, dans les rapides des rivières, dans chaque respiration des bêtes petites ou grandes et dans les soupirs du vent. La magie à l'état pur est la matière brute de la création elle-même, la volonté muette et inconsciente de chaque être, qui imprègne chaque parcelle de matière et se répand via chaque manifestation d'énergie à travers le monde.

Les magiciens, les sorciers, les prêtres, les ensorceleurs, les bardes, les paladins et même les roublards, guerriers, rôdeurs et les autres aventuriers font appel à des fils de magie qu'ils ont prélevé eux-mêmes afin de lancer de puissants sortilèges, de passer des pactes avec des entités mystérieuses, de soigner des blessures, de se protéger du Mal ou d'accomplir des exploits physiques qui transcendent les capacités des mortels.

Les monstres les plus redoutables font, eux aussi, appel à une magie terrible pour parvenir à leurs fins. Des aberrations issues de magies anciennes grouillent sous et sur la terre, avides tant de chair que de savoir, attendant l'occasion de se repaître. Les dragons, dans le sang desquels coule une magie brute, possèdent des capacités si puissantes que les dieux et les primordiaux mêmes craignent d'affronter les plus anciennes de ces créatures. Les morts-vivants nourrissent leur esprit et protègent leurs corps de la dissolution par de puissants rituels de nécromancie, tout spécialement les liches, dont l'éternelle quête de connaissances magiques en a poussée plus d'une à combattre les desseins divins.

La magie est en effet si présente sur Abeir-Toril que même la terre regorge de paysages fantastiques. Des grandes mottes de terre suspendues flottent dans les airs, étonnant tous ceux qui ont eu la chance d'observer ces manifestations puissantes à la gloire de la nature. En fait, les Royaumes sont tellement imprégnés de magie que le monde s'est révélé être tout particulièrement vulnérable à un fléau qui se nourrit de magie elle-même.

La Magepeste fut bien plus qu'une simple maladie. Elle ne toucha pas seulement la chair. Toute chose fut affectée par l'insatiable voracité du fléau : la chair, la pierre, la magie, l'espace, et peut-être même l'écoulement du temps fut-il affecté. Selon la théorie la plus répandue, la Magepeste fut le résultat direct du meurtre de la déesse Mystra perpétré le dieu Cyric, dans un contexte orchestré par la déesse Shar. Cette théorie, la plus populaire, soutient que la magie était liées depuis si longtemps à la Toile de Mystra qu'une fois la déesse morte, elle rompit spontanément et brutalement ses liens.

As dusk fell over the Shining South on the 29th day of Tarsakh in the Year of Blue Fire (1385 DR), a menacing storm began forming over the Mhair Jungles west of Halruaa. Beyond its massive size, the storm was particularly notable for the ribbons of BLUE FLAME that seemed to writhe and flow among its formations. In the mountains near Lhair in western Halruaa, dumbfounded priests watched in absolute silence, unable to comprehend the terrible events unfolding on the horizon. What the clerics of Azuth could not possibly fathom was that three score or more similar storms sprang up all across Toril; born instantly upon the assassination of Mystra in her heavenly dominion. Arleenaya Kithmaer and four nearby priests were teleported to safety by a quick-thinking magehound.

Les zones de magie sauvage ou de magie morte, qui n'étaient que faiblement ou pas concernées par la Toile, furent les premières touchées, et, malgré l'intervention et le sacrifice des Choisis de Mystra, le cataclysme ne s'arrêta pas là et prit des proportions dramatiques, dévastant certaines régions telle la province de l'Halruaa

The nation of Halruaa, however, would suffer horribly that ill-fated night. The three great mountain ranges that oft protected the nation from external invasion actually made it difficult for many Halruaans to escape the uncontrolled wild magic unleashed across the countryside. Halruaa today is best known as a magical wasteland; it is also the birthplace of the roving mercenary bands known as the Five Companies.

tout en épargnant d'autres, provoquant des ravages dans les rangs des plus grands lanceurs de sorts, allant jusqu'à frapper d'autres plans connectés au plan primaire comme les abysses - qui traversèrent les plans, causant des ravages immenses avant de trouver une nouvelle place au fin fond du Chaos Elémentaire - ou les royaumes des dieux et des âmes perdues, avant de se conclure enfin. Des royaumes anciens et inaccessibles du monde, comme la Terre des Fées, furent ramenés. Même Abeïr, le jumeau oublié de Toril, fut pris dans cette catastrophe magique alors qu'il avait disparu depuis des dizaines de millénaires. Et c'est ainsi que des régions entières d'Abeir se retrouvèrent sur Toril, accompagnées de leur population, déposant ainsi des royaumes comme le Tymanther sur la surface de Faerûn. De même, de l'autre côté de la Mer Inviolée, un continent entier du monde perdu réapparut.

Des divinités s'éteignirent comme pendant le Temps des Troubles tandis que d'autres émergèrent ou refirent surface.

Les historiens survivants appelèrent la décennie qui suivit cet effroyable cataclysme "Le Temps des Lamentations" ou plus simplement "années de la magepeste".

Effets et conséquences

Les anciennes merveilles de l'antique magie se cachent encore au sein des ruines des empires vieux de plusieurs millénaires, dans les tours en ruine des magiciens fous et dans les caches souterraines des anciennes races. Les merveilles modernes des magiciens, sorciers, ensorceleurs, prêtres, druides et autres lanceurs de sorts vivants parsèment les terres tout comme avant, transformant le monde un peu ou beaucoup avec chaque sort lancé. En fait, sans les restrictions divines des âges précédents, la magie est plus abondante que jamais. Elle se manifeste non seulement à travers des changements inexplicables de la terre, des objets et des créatures, mais aussi dans certains des exploits les plus fantastiques des guerriers, roublards, rôdeurs et des autres héros. La magie imprègne réellement toute chose. Malgré tous les changements apportés par la mort de Mystra, la magie reste la force de vie de Toril.

Toile : Pendant des siècles, l'utilisation de la magie sur Faêrun s'est faite à travers le dieu de la magie, en l'occurrence Mystra au cours de ces derniers siècles. A part certains magiciens netherese des jours anciens, qui apprirent la vérité, la plupart des érudits croyaient qu'aucune magie ne serait possible sans une telle divinité. Cependant, suite à la mort de Mystra, la jalouse Shar empêchant l'ascension d'une nouvelle divinité de la magie, la nouvelle se répandit que la magie était accessible sans même un dieu pour la contrôler et la codifier. C'est une théorie qui reste à vérifier.

Toile d'ombre : Tout comme Mystra contrôlait la Toile, la déesse Shar contrôlait la Toile d'Ombre. Ne se satisfaisant pas de sa portion, Shar complota pour obtenir le contrôle des deux toiles. Mais lorsque Cyric tua Mystra - ce que Shar n'avait pas nécessairement voulu - la Toile s'affaissa entièrement, de telle sorte que Shar ne parvint non seulement pas à en rassembler les fils qui s'éparpillaient, mais elle perdit également son contrôle sur la Toile d'Ombre. Tout comme la magie continue d'exister sans Mystra, il en va de même pour le pouvoir des ombres. Des nécromants puissants ont développé des méthodes uniques et personnelles pour accéder aux sombres pouvoirs des Landes des Ombres.

Lanceurs de sorts : De nombreuses créatures qui avaient appris à lancer des sorts et à canaliser la magie avec la Toile de Mystra se retrouvèrent impuissantes au début de la Magepeste. Certains ne regagnèrent jamais leur pouvoir. D'autres s'attelèrent à se familiariser avec leur nouvel environnement magique. Beaucoup passèrent des années avant de regagner toutes leurs aptitudes. D'autres prirent des chemins plus faciles pour recouvrir les pouvoirs qu'ils avaient perdus, établissant des pactes douteux avec des créatures mystérieuses en échange de pouvoirs profanes. En fait, il semble que la magie puisse être utilisée de nombreuses autres manières.

Objets magiques : La plupart des objets magiques qui stockaient de la magie de manière permanente, tels que les épées magiques, capes et bottes, survécurent à la catastrophe et continuent à fonctionner normalement. Bien que la Toile ait été utilisée pour leur construction, ils conservent leurs pouvoirs même après la Magepeste grâce à l'accès "permanent" qu'ils entretiennent avec la magie brute. Ceci dit, certains objets qui stockaient des "charges" de magie de manière temporaire, comme les baguettes et les bâtons créés avant la Magepeste, ne fonctionnent plus. Si de tels objets fonctionnent encore, ils n'agissent plus de la même manière. Les secrets de la construction des objets magiques dans un monde sans la Toile furent réappris il y a de cela quelques dizaines d'années. Les objets magiques sont aussi nombreux qu'avant, aussi désespérément recherchés par les aventuriers, et aussi mystérieux qu'ils l'étaient autrefois.

Environnement : Là où la magie fut complètement libérée, la Magepeste perça la pierre et la terre aussi facilement que les os et les sorts. De larges portions de la surface de Faerûn s'effondrèrent dans l'Outreterre, drainant partiellement la Mer des Etoiles Déchues dans la Mer Etincellante plus bas (et laissant derrière une fosse de la taille d'un continent, appelé l'Outrefaille). Ces évènements déchirèrent les Vieux Empires, au sud de la mer drainée, en une étendue sauvage de mésas gigantesques, de ravins sans fond et de pics s'élevant jusqu'aux nuages (supprimant ainsi toute trace des terres et des royaumes qui se situaient là autrefois). Les contrées historiques les plus touchées par la Magepeste incluent la Mulhorande, l'Unther, le Chondath, des parties d'Aglarond, la Mer des Etoiles Déchues, l'Halruaa, Chult et le Shaar. Les ramifications de la Magepeste touchèrent de nombreux autres endroits de Faerûn, parfois en ligne droite à travers le paysage, parfois en ignorant de larges étendues de terre, infectant souvent les deux côtés des nombreux portails à double-sens qui parsemaient les terres. Des poches actives de la Magepeste existent encore à ce jour, notamment dans les Terres Changeantes. Appelées également Terres du Fléau, chacune d'entre elles est étrange et dangereuse. Il n'en existe pas deux possédant la même configuration ou les mêmes caractéristiques, à part le fait que tous ceux qui y entrent risquent d'être touchés par la Magepeste. Heureusement, les Terres du Fléau existant à ce jour possèdent seulement une fraction de la puissance qui s'est déchaînée lors de l'apparition du Fléau. Ces poches qui s'attardent sont cachées dans des lieux difficiles d'accès, généralement entourés par des terres désolées, inhabitées et corrompues. La plus grande partie de Faerûn et du Retour d'Abeir ne présente pas de telles poches, bien que les changés [plaguechanged] et les balafrés [spellscarred] puissent apparaître dans toutes les régions.

Créatures : Lorsque la vague initiale de la Magepeste infectait une créature, un objet ou un sort, la cible se dissolvait généralement en cendres brillantes qui se dissipaient rapidement. Cependant, parfois, des créatures vivantes survivaient au toucher de la Magepeste, mais se retrouvaient altérées, déformées ou combinées à d'autres créatures ou même à une partie de la terre. La vague initiale du fléau ne faisait aucun cas des frontières ou des espèces, ni de la capacité des entités transformées à survivre dans leur nouvelle forme, avec leurs nouveaux pouvoirs et leurs nouvelles limites. Les plus malchanceux de ces survivants hideusement transformés périrent en seulement quelques jours. Heureusement, cette vague initiale ne toucha directement que peu de parties de Toril et d'Abeir. De plus, toutes les créatures, tous les objets et tous les sorts touchés par la Magepeste n'étaient pas condamnés, mais survivre signifiait accepter le changement. Les créatures vivantes affectées de la sorte sont classées en deux larges groupes : les changés [plaguechanged] et les balafrés [spellscarred]. Un changement massif dans leur corps et leur esprit marque une créature qui a survécu au contact avec la vague originelle du fléau pendant l'Année du Feu Bleu. De tels survivants sont appelés les changés. Des altérations extrêmes forgent des monstruosités puissantes à partir même des chairs les plus faibles. Les créatures changées sont des monstres, rendus un peu fous par leur métamorphose. Très peu d'individus de cette génération ont survécu à ce jour, parce que la Magepeste était très virulente et que les changements apportés étaient extrêmes. De plus, de nombreuses décennies ont passé depuis la fin du fléau, et la plupart des changés sont tout simplement morts entretemps. Certaines de ces horribles monstruosités ont toutefois survécu, cachées dans divers recoins du monde. Les balafres magiques sont un phénomène plus actuel, qui peut survenir chez quiconque s'aventurant trop près des Terres de Fléau (où la Magepeste est toujours active), bien que parfois des balafres magiques affectent certaines personnes qui n'ont jamais eu aucun contact de la sorte. Certains individus (héros ou vilains) peuvent contracter des balafres magiques et apprendre à en maîtriser les pouvoirs. En de rares occasions, une balafre magique apparaît comme une anormalité physique mais, la plupart du temps, il s'agit d'une marque intangible qui n'apparaît que lorsque son possesseur y fait appel. Lorsque cela se produit, une balafre magique peut apparaître comme une crevasse en forme de zigzag de feu bleu s'étendant le long de l'avant-bras ou de la main du balafré, une couronne de flammes bleues qui embrase les cheveux de la créature, un glyphe de flammes bleues sur le front de cette dernière ou peut-être même comme des ailes de flammes bleues. Dans de nombreux cas, la soudaine manifestation de feu bleu par un individu est une indication sûre d'une balafre magique.
avatar
le moine noir

Messages : 478
Date d'inscription : 02/12/2007
Age : 43
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum