Chroniques de Féérune : la Quête des Origines

Discussion Chaka/Stilicon au clan des Lions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Discussion Chaka/Stilicon au clan des Lions

Message  le moine noir le Dim 4 Nov - 23:02

L'entrevue privée avec Stilicon dans la matinée du 5 Eleint avait mal tourné. Deux des gardes du vieux Lion s'étaient soudainement transformés en démons. Le combat fut violent et déséquilibré, du fait de la surprise et des pouvoirs mentaux utilisés par les démons. Les membres de la garde rapprochée de Stilicon (incluant Pichek, le fils ainé) avaient pris d'assaut la tente, mais trop tard : les démons s'étaient éclipsés. Aryon, Ténaris et sa soeur, Bella, décidèrent de fuir. Chaka se laissa capturer par les Lions pensant que la fuite condamnait le groupe. En soirée, Stilicon vint trouver le prisonnier.

Chaka : Stilicon, ô Grand Lion, vous avez sans doute remarqué que je ne suis pas originaire du Shaar. Je viens des lointaines contrées du Nord. Lorsque j'ai choisi de m'établir dans l'Empire, il y a de cela un certain temps, j'ai dû montrer patte blanche car l'Empereur Angarath se méfie, comme vous, de tous les mages et érudits indépendants. Cela ne signifie pas que je sers l'Empereur ou l'Empire. Je sers ceux qui me paraissent être dotés d'un destin hors du commun. Pour l'heure, je conseille le jeune Enguerrand, le cadet de la puissante famille Shieldheart, qui ne brille ni par sa force, ni par sa constitution, mais par son agilité intellectuelle, ses talents diplomatiques et commerciaux.

Pause.

Chaka : J'ai connu votre fils lorsque ce dernier est venu quérir l'aide de l'Empire, à votre demande, afin de lutter contre la menace toujours plus pressante des gnolls. Ténaris est un garçon loyal et courageux, qui fait honneur à la tribu du Lion. Une telle force de caractère est rare. Cela démontre quel être exceptionnel est son géniteur...

Pause.

Chaka : Stilicon, ô Grand Lion, au moment où je m'apprête à accomplir le rituel, j'ai pris connaissance des termes de ma libération. Ils sont exigeants. Les sieurs Enguerrand et Aryon mettront des mois à réunir une armée. C'est chose bien triste et fâcheuse que de me retenir prisonnier pendant ce temps, alors que je pourrais tant faire pour asseoir encore davantage la suprématie de la tribu du Lion dans toute la région. Apprenons à travailler ensemble. Mes connaissances et mes analyses pourraient vous être très précieuses : sur les arcanes qui judicieusement utilisées ouvrent bien des voies, sur les démons et autres créatures des mondes anciens ou des plans extérieurs, sur l'Empire, sur les dragons, sur l'épée que brandit le sieur Aryon. Je sais beaucoup de choses, oh oui... beaucoup de choses... Et j'enseigne à qui veut pour peu qu'on me respecte.

Le grand lion était visiblement intrigué par les paroles de Chaka. Il grommella et sembla réfléchir.

Stilicon : Mais alors à qui va ta loyauté étranger ?

Chaka : Pas à l'Empire et à son empereur. Pas aux nains dorés de la Grande Faille. Pas à l'Enclave d'Emeraude. Peut-être au jeune Enguerrand Shieldheart qui m'a traité avec considération et respect : il a beaucoup appris et progressé depuis qu'il me connait... Ou peut-être à Stilicon, de la puissante Tribu du Lion, s'il décide d'utiliser mes compétences pour mener à bien ses projets, quels qu'ils soient...

Stilicon : Et que peux tu m'apporter étranger ? Tu travailles pour tant de personnes. Comment m'assurer ta fidélité ? Pour l'instant tu ne me promets que des paroles. Mes pieds sont ancrés dans un sol millénaire qui ne nous a jamais trahi. Et de ton coté, que peux tu proposer ?

Chaka (agacé) : Tant de personnes ? J'ai cité Enguerrand Shieldheart. Et votre fils, et vous par association. Je ne peux vous assurer quoi que ce soit que vous ne soyez un tant soit peu disposez à croire, Grand Lion, puisque, pour vous, il est clair les paroles sont du vent : "words are wind". Néanmoins, alors que mes compagnons ont fui, comme j'avais les moyens de le faire, je suis resté. Vous l'aurez noté.

Pause.

Chaka (calme) : Je dois discuter avec vos chamanes. En croisant nos visions, nos impressions et nos savoirs, nous saurons vous prodiguer les plus sages conseils. Que vous suivrez... ou pas. Pour l'heure, j'ai compris que vous aviez une guerre à mener contre des clans rebelles, contre des nains cupides et contre des gnolls envahissants. Et ma magie peut être une arme décisive dans tous ces conflits... surtout si vos adversaires en sont dépourvus...

Stilicon : En parlant des nains justement. Parle moi d'eux. De leurs défenses, de leur nombre. Leurs protections. Ta magie peut elle nous aider contre eux ? Quelle serait le meilleur moyen de leur faire mal ?

D'une voix monocorde, Chaka fournit à Stilicon tous les détails vus à la Grande Faille. Il insista sur le fait que les nains maitrisaient les airs et, évidemment leurs sous-sols. Il conclut :

Chaka : Les nains ont leur forme de magie propre, connaissent la magie sous sa forme "traditionnelle" (la magie telle que les hommes la pratiquent). Comme vous, ils ont des dieux ; et des prêtres qui les servent et accomplissent de nombreux miracles en leur nom. Ma magie peut permettre, entre autres choses, de contre carrer les effets magiques qu'ils pourraient déchainer contre vous. Néanmoins, je ne suis qu'un seul homme ; et si le rapport de force est trop défavorable contre moi, je serai vaincu.

Stilicon semblait satisfait. Un léger sourire éclaira son visage.

Stilicon : Ce que tu me dis est semblable à ce qu'on ma rapporté. Tu n'as pas menti. Voila qui est bon pour toi.

Il fit quelques pas puis reprit.

Stilicon : On dit que la magie peut faire voyager comme le vent et envoyer un homme où son esprit l'imagine. Est ce vrai ? En es-tu capable ?

Chaka : En pleine possession de mes moyens, oui. Certaines restrictions existent néanmoins. Aucune magie n'est sans limite et il y a toujours un prix. Vos chamanes, en général, maitrisent bien la magie des esprits. Nous autres, scolastiques, avons d'autres techniques à notre disposition... au moins aussi puissantes et... parfaitement complémentaires.

Stilicon (les yeux brillants) : Quel est ton prix pour aller au coeur du royaume des nains d'or ?

Chaka : Vous voulez dire le prix... pour que je vous envoie, vous, Stilicon, au coeur du royaume des nains d'or ?

Le regard lourd du lion se posa sur chaka.

Stilicon : Combien de lions peux-tu envoyer ?

Chaka (plongeant son regard dans celui du barbare) : Grand Lion, je ne peux exiger un prix pour quelque chose qui est au-dessus de mes talents actuels. Nous nous étions mal compris. Votre langue n'est qu'une des nombreuses langues que j'ai apprises, pas ma langue maternelle, certaines subtilités m'échappent encore. Toutes mes excuses. Je maitrise effectivement la magie des portails qui permet de "voyager à la vitesse du vent" d'un endroit à un autre. Ce rituel n'est pas sans limitations : la signature du portail d'arrivée doit être connue. Et je ne connais hélas aucune signature d'un portail au coeur du royaume des nains dorés de la Grande Faille. J'ignore d'ailleurs si les nains connaissent cette forme de magie très puissante et très particulière et s'ils ont jamais créé des portails chez eux. C'est possible, mais pas certain. Au sujet des portails, il existe près des Council Hills des cercles de pierres dressées. Je me suis toujours demandé si ces cercles n'étaient pas une forme de portails créés par vos anciens. Les étudier m'intéresserait fort et pourrait s'avérer utile pour l'accomplissement de vos plans.

Stilicon : Il y a actuellement des problèmes avec nos shamans. Aussi, leur parler ne sera pas chose aisée. Quand aux anciens portails, leur étude sera liée aux services que tu me rendras. Donc tu ne connais pas de moyens d'aller au coeur de la Faille. Soit. Maintenant, parle moi de l'épée. Je veux tout savoir!!!

Chaka : "Gemma", car tel est le nom de l'épée, fut forgée par les Shoon peu après leur chute. Elle est leur vengeance. C'est une arme magique, consciente, intelligente, animée d'un dessein propre : tuer les dragons. A ce jour, elle est liée à la personne du sieur Aryon, qu'elle a choisi, et partage avec lui un lien mental, et même plus que cela, un lien vital. Lorqu'elle le perçoit en danger, elle peut prendre le contrôle de son porteur et le sauver d'un destin funeste. Lorsqu'il la manie, le porteur de l'arme est donc d'une certaine manière... invulnérable.

Stilicon : Et cette Gemma, que faut il pour qu'elle change de lien ?

Chaka (se fendant enfin d'un sourire) : La convaincre...

Stilicon : Dis moi comment. Je te rappelle que cela fait partie du contrat. Une armée et l'épée contre ta vie.

Chaka : Convaincre l'épée, même avec mon aide, vous ne le pourrez probablement pas tant le lien qui l'unit au sieur Aryon est fort. Tuez le porteur actuel. Et l'épée sera tentée assez naturellement de vous choisir comme nouveau porteur...

Stilicon (méfiant) : Tu me dis de le tuer ? Sa vie ou sa mort te sont donc égales ?

Chaka (redevenu glacial) : Ma vie en échange de l'épée et d'une armée, ne venez-vous pas de me le rappeler à l'instant ? Je vous fournis la solution à votre problème : tuer Aryon est le moyen le plus sûr d'obtenir l'épée. Je ne dis pas que cela sera chose facile. Allié à l'épée, vous pourrez rassembler une immense armée, défaire tous vos ennemis et régner sur le Shaar.

Stilicon semblait touché par la réplique glaciale du moine noir. Il sembla hésiter. Quelle confiance accorder à cet individu qui cherchait seulement à sauver sa peau...

Stilicon : Mais si flanqué de l'épée, il est invincible. Alors comment le tuer ?

Chaka : Invincible l'épée en main, oui... Pas flanqué de l'épée, l'épée à la main, nuance. Il faut qu'il la tire de son fourreau et souhaite s'en servir. Et le plus souvent, il souhaite s'en servir. Pour vaincre le sieur Aryon, la ruse vaut mieux que le combat frontal : trouvez le moyen de l'empêcher de saisir de l'épée ou de l'éloigner de son arme et la partie est gagnée... S'il est, pour une raison ou pour une autre, éloigné de l'épée, même à quelques dizaines de mètres, il s'effondre tel une loque.

Un silence suivit.

Chaka : Grand Lion, de mes paroles, ne perdez pas une miette. Je vous apprécie. Telle était la raison de ma venue ici. Je vous mets donc loyalement en garde : l'épée est une arme à double tranchant...

Stilicon : Et si jamais ta vie était en jeu magicien. Dans quel camp te placerais-tu ?

Chaka : Dans votre camp. Je désire la victoire des Lions.

Stilicon : Soit. Tu devras faire tes preuves en m'assurant la récupération de l'épée. En échange de cela et de l'armée de l'empire, tu auras la vie sauve et l'accès aux portails que tu veux voir.

Il fit quelques pas, se gratta la tete puis tourna la tête vers Chaka.

Stilicon : Tu n'es pas du Shaar. Pourquoi t'engager dans notre cause ?

Chaka : Nul besoin d'être un Sharaan pour voir que les Lions sont une noble tribu, dotée d'une sagesse ancestrale. Il me revient en mémoire les paroles de Ténaris : "chaque Lion trouvera sa voie, en retrouvant sa nature par la nature". Tandis que votre fils cherche toujours sa voie, vous avez trouvé la votre. Ayant dit cela, je veux que nous soyons tous deux bien d'accord sur le fait que je vous ai mis en garde sur le danger implicite qui pouvait résulter d'une alliance avec cette épée.

Pause.

Chaka : Je dois maintenant entrer en communication avec les autres où qu'ils soient. Si vous avez des termes à ajouter dans la négociation avec eux, c'est le moment de me les préciser. Une difficulté subsiste : pour faire mes preuves, sur ce contact mental à distance comme sur la récupération de l'épée, je dois disposer de mes possessions : tous mes grimoires qui contiennent mes notes personnelles, et tous mes objets magiques, dont certains réhaussent mes compétences et me rendent plus efficace.

Pause.

Chaka : Les Lions sont fiers et ils ont de l'honneur. Je sais que vous allez me rendre mes affaires, maintenant que vous avez compris que je ne suis pas votre ennemi et que je n'ai nullement l'intention de vous trahir ou de vous abuser.

Stilicon : Tu récupéreras tes affaires quand notre contrat sera rempli. Tu auras tes livres pour étudier si tu en as besoin. Mais je donnerai ordre à mes hommes de te tuer au moindre geste suspect. Tes paroles sont encore trop troublantes à mes oreilles. Pour le moment, je ne peux m'en satisfaire. Je veux voir tes actes.

Chaka (un peu ennuyé) : Il me faut mes livres et mes objets. Tous. Ils ont tous leur utilité. La magie est un Art très précis. Et le rituel que je m'apprête à accomplir : envoyer mon esprit contacter l'esprit des autres est très complexe et très éprouvant.

Pause.

Chaka : Et par dessus tout, il me faut votre confiance, ô Grand Lion. Si l'un de vos barbares évalue mal la situation et me tue pensant bien faire, vous aurez tout perdu d'une certaine manière : l'armée, l'épée, tout. Ce serait une erreur tactique monumentale pour vous. Je sais que vous le sentez au plus profond de vous-même, et vos chamanes confirmeront votre intuition quand vous pourrez les voir.

Stilicon : Il faudra t'en contenter étranger. Ici, je fixe les règles. Chez nous, la confiance se gagne avec les actes, pas avec les mots.

Chaka : Sans mes possessions, pas de magie. Sans magie, pas d'actes. Sans actes, pas de confiance. Nous tournons en rond Grand Lion... Et nous perdons tous notre temps. J'ai pris des risques en venant ici. A vous d'en prendre en me faisant confiance. Je veux mes affaires, et je ne veux pas de Lion dans mes pattes quand j'accomplis le rituel. Songez que si je souhaitais utiliser ma magie pour vous fausser compagnie, pour vous duper ou pour vous détruire tous, cela fait bien longtemps que cela serait fait.

Stilicon : Ne me prends pas pour un lionceau magicien. Je n'ai pas ta maitrise ni tes connaissances mais un lion ne survit pas aussi longtemps sans avoir du répondant. Tu n'es pas en mesure de poser des conditions et je ne le répéterai pas. Mes lions seraient fort heureux de s'occuper de toi sitot que je t'aurai jeté dans leurs griffes. Alors ne force pas ton destin moine noir.

Chaka : Vous autres, Lions, avez le sang chaud. J'ai déjà eu l'occasion de m'en apercevoir avec Ténaris. Mais parfois, cet énervement est injustifié : vous prenez pour des conditions de simples prérequis techniques, pour des menaces de simples faits, énoncés sans ambages. Comme je vous l'ai dit, l'Art est exigeant. Je ne vous demande rien d'autre que les moyens de bien vous servir : mes possessions et le calme autour de moi. Ne sais-je pas mieux que vous ce dont j'ai besoin ? Il n'y a là rien d'outrecuidant. Si vous ne le comprenez pas, il est inutile, je présume, de poursuivre la discussion...

Stilicon : Si tel est ton choix...

Le lion s'avança vers le Moine Noir et la dernière chose que ce dernier vit fut le manche d'une hâche s'abattre sur sa tête. Il perdit conscience...
avatar
le moine noir

Messages : 478
Date d'inscription : 02/12/2007
Age : 43
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum