Chroniques de Féérune : la Quête des Origines

Partie 1 - Premiers contacts

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Partie 1 - Premiers contacts

Message  le moine noir le Dim 8 Juil - 15:20

Par Enguerrand (de Maupertuis) Shieldheart

Sous les feuilles jaunissantes des arbres de cette forêt au nord de Lhesper, nous faisons une halte afin que je reprennes mon souffle. Si ce n'est l'idée de créer une connexion de plus à Lhesper via le temple de Lathander, je n'aurais jamais accepté d'accompagner Aragnel dans cette soi-disante "quête spirituelle". Je ne sais si ma chère soeur Agathe a accepté de se prêter à ce périple par amitié pour celui-ci -qui a grandit chez nous car sa mère était notre nourrice- ou pour l'opportunité de passer quelques jours à l'écart des mondanités de Kormul...

Un malheur n'arrivant jamais seul, mon profond ennui fut troublé par l'attaque de mort-vivants. Je ne me suis pas trompé sur le choix des deux gardes du corps qui, au delà d'être peu regardant sur ce qu'il m'arrive de leur demander, sont assez aguerris à l'épée. Ma soeur pour ma part se défend très bien toute seule et tiens d'ailleurs à le faire elle-même. Tant qu'elle ne subit pas un mauvais coup de griffes esquintant son joli minois, pourquoi pas. Enfin, les illuminés Aragnel et les deux idiots béats qui l'accompagnent font corps face aux non-vivants. Nous en sortirons néanmoins usés et blessés.

Mon accusation à charge contre le jeune prêtre de Lathander est interrompu par la découverte d'un homme caché non loin de nous. Par Waukeen, comment ais-je pu omettre d'observer les environs en me défendant?

Pour autant, cet homme à l'accent effroyable prétend être étranger à l'attaque des morts-vivants et venir d'un hypothétique nord bien trop lointain. Personne ne peut accomplir de telles distances sans en avoir de séquelles ou traces comme un corps au pied persistant, des ongles épais et sales ou une pigmentation altérée par les différences de climat. Mais... le problème est qu'il croit à ce qu'il dit. Soit il dit vrai soit il est fou. Mais je sais qu'il n'est pas fou car un fou ne ment pas, du moins... pas comme ça.

Ce Chaka, poussé dans ses retranchements, réduit énormément son débit de paroles et cherche activement quoi répondre, c'est tout à fait visible aux oscillations saccadés de ses yeux, la marque d'un homme réfléchissant beaucoup et vite. Il essaie de prendre appui tour à tour sur chacun de nous, recherchant grossièrement sur quoi faire levier pour stimuler de l'empathie à son égard. Profitant d'un relâchement de sa part dans sa gymnastique mentale alors qu'il pense avoir ferré le prêtre, je déverrouille certains de ses dénis. En l'occurrence, il est DEJA venu ici or il ne connait rien de l'ordre des choses qui régissent la région, c'est fort étrange.

En attendant d'être fixé sur l'utilité ou non de cet étranger, il restera avec nous. En proie à un trouble intérieur, il évoque que nous sauvions ses compagnons capturés par des gnolls. C'est évidemment hors de question bien que la béatitude du prêtre et la toute nouvelle propension de ma soeur à défendre la veuve et l'orphelin leur donnent très envie de jouer aux héros. D'ailleurs, il faudra que je demande en privé à ma soeur pourquoi je l'ai déjà surpris priant avec ferveur au réveil. Qu'elle porte une armure d'acier, passe encore après tout car bien qu'elle s'en défende, elle est la fille de Barathéon Shieldheart.

Nous faisons une halte à Lhesper pour nous restaurer, nous laver et reprendre la noble prestance qui est la nôtre. Je ne sais pas si Aragnel va pour autant retrouver la distance qui sied entre un noble et une personne qui, bien devenu prêtre, demeure né de basse extraction. Quoique je dise, rien ne semble y faire car avec les propos que je lui ai tenu, n'importe qui d'autre aurait soit fondu en larmes ou tenté de m'étrangler. Acquérir des pouvoirs de magie divine agirait-il sur la psyché d'un homme, lui intimant de voir la volonté de son dieu dans chaque acte? Très peu pour moi, sans ma lucidité, qui sais où je serais aujourd'hui. Avançant 5 pièces d'or à l'étrange Chaka, je pars ensuite rendre visite à mes deux amies dont le gratin Lhesperien raffole des soirées privées. Si quelqu'un a vu ou connait les prétendus compagnons de l'étranger (Wyrven, Marty et un certain Voyvodin -traduction Shaarien: "Fils de... la Terre"-), elles seront au courant.

Nous prenons le lendemain un bateau pour rejoindre Kormul. Chaka a repris des couleurs, que ce soit physiquement ou dans l'apparence, une robe de bure rouge ayant remplacé sa robe noire bien déchiré. Ses nouveaux récits intéressent un jeune homme qui n'en perd pas une miette. Une fois ce garçon confondu, la menace de l'autorité légale et un harcèlement verbal lui font lâcher pour le compte de qui il nous espionne, à savoir la propriétaire du bateau. Proposant, paniqué, de ne rien répéter de ce qu'il a entendu, je lui demande au contraire de ne rien omettre y compris une ou deux contre-vérités bien choisies qui me serviront plus tard contre elle, alors qu'elle croira détenir des informations lui donnant l'avantage.

Une fois chez nous, j'emmène Agathe, Aragnel et Chaka dans la crypte ou les murs épais empêcheront les oreilles indiscrète. Notre échange est interrompu par notre noble père, qui a défaut d'avoir son fils prodige Théodore rentré de déplacement, demande notre présence à tous pour partager son souper.

Il faudra un coup de pied sous la table dans le tibia de Chaka pour éviter qu'il soit congédié car être présent à la table d'un seigneur ne lui donne aucun droit à la familiarité ou à croire jouir du même degré de bienveillance que ses enfants... qu'ils soient légitimes ou bâtards. Rapprochant le surabondant sens oratoire de Chaka avec les attentes de notre père, je suggère que l'historien prépare un récit circonstancié sur la lignée de la famille à l'occasion du mariage de notre frère Théodore.
La vision fantasmé de l'étalage de la grandeur séculaire des Shieldheart suffit alors amplement à ce que Barathéon propose à Chaka a devenir scribe. Pour limiter sa communication avec d'autres que moi - simple précaution -, il devra aussi remettre en état la petite bibliothèque familiale, ce qui va l'occuper un moment.

Il en a assez dit pour ce soir mais pour prévenir d'éventuels dérapages, je suis contraint de mettre une chape de plomb sur la mine réjouie de Père en ponctuant la série de toast dédiés à notre exemplaire frère par un verre levé au repos éternel de Mère. J'écoperais d'une réprimande acerbe mais qu'importe, puisque ce ne sont... que des mots.

Nous avons une semaine devant nous avant de prendre la route de Rethmar pour honorer comme tout les ans Helène de Maupertuis, notre mère défunte. Théodore ne devrait pas tarder à rentrer de son expédition, d'autant que son mariage doit bientôt être organisé. De son coté, ma soeur n'intègre pas encore comment se ménager des pistes de sursis dans le projet de Père pour la marier au fils d'une autre grande maison et me porte visiblement rigueur de mes remarques en public pour qu'elle envisage favorablement cet honneur.

En privé, je lui rappelle que pour avoir des coudées franches, il faut déjà faire et être ce que les gens attendent de toi. Quand au "noble époux" à qui Père la prédestine, je n'y adhère pas plus qu'elle. Nous verrons cela et quoi faire de ce nobliaux belliqueux. Etre d'une grande famille ne garanti pas la noblesse immaculé et la grandeur d'âmes. Cet homme a surement des défauts méconnus. Je les trouverais, même si je devais les chercher au mauvais endroit.

Je vérifierais demain les comptes, les créances et les ventes. Dans l'immédiat, je dois acter la décision de prendre Chaka comme scribe...
avatar
le moine noir

Messages : 478
Date d'inscription : 02/12/2007
Age : 43
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum