Chroniques de Féérune : la Quête des Origines

17 Flamerule 639 DR, les ruines de Blaskaltar, Shaar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

17 Flamerule 639 DR, les ruines de Blaskaltar, Shaar

Message  le moine noir le Dim 6 Mai - 10:46

(Récit écrit en netherese)

Dix-septième jour du mois de Flamerule, 639 DR, les ruines de Blaskaltar, le Shaar méridional, Faerun, Deuxième Âge de ce monde.

Le 17 dans la matinée, Klaus, le laquais d'Enguerrand, vint me trouver et m'annonça qu'il avait reçu l'ordre de m'amener à Blaskaltar. Le jeune maitre avait besoin de mon aide pour expertiser le laboratoire d'une liche que la troupe avait combattue et vaincue. Klaus ne me laissait guère le choix : il fallait que j'interrompisse mes recherches sur le champ et que je chevauchasse avec lui dans l'après-midi. Nous gagnâmes du temps à l'aide de mes montures fantomes. Le 17 au soir, nous étions à Blaskaltar où nous retrouvâmes Enguerrand, Ténaris, Aragnel, Théodore et ses hommes. Blaskalatar était un lieu-dit, constitué d'un ensemble de ruines éparses, autrefois un site sacré, béni par la puissance élémentaire nommée Akadi. Un curieux édifice de plus de 25 mètres de haut et 75 mètre de long, en forme de lion couché, les pattes tendues devant lui, avait été mis à découvert, à la suite d'un formidable travail d'excavation. Nous ignorions exactement ce qui s'était passé des dernières semaines, pourquoi les nains du Grand Rift avaient monté cette expédition à Blaskaltar et pourquoi les gnolls s'y étaient rendus également, au même moment, les avaient combattus, défaits et asservis. L'édifice abritait le repaire de la liche. Elle y avait installé une sorte d'atelier où elle s'adonnait à ses recherches sur la nécromantie. Le behir que mes compagnons avaient affronté pouvait avoir été un gardien du site, sous le contrôle du maitre des lieux. Une fouille approfondie révéla, outre les résultats d'expériences nécromantiques abscondes, une cache recelant un bien joli magot et surprise ! un morceau d'épée irradiant une faible magie, plus précisément une garde finement ouvragée, décorée avec les mêmes runes étranges (évoquant l'alphabet shoon) que celles de la poignée d'épée trouvée dans les souterrains sous Lhesper. La poignée et la garde de l'épée fusionnèrent lorsque nous les imbriquâmes l'une dans l'autre.

Au matin du 18, Aragnel interrogea le cadavre d'un gnoll un peu moins miteux et puant que les autres. Par delà la mort, ce dernier nous apprit que le phylactère de la liche était en possession d'Ulwai Stormcaller, "celle qui appelait les tempêtes". Cette dernière se trouvait dans la forêt d'Amtar. C'était donc là-bas que le mort-vivant se reformerait après une dizaine de jours, sauf si la dénommée Ulwaï Stormcaller revenait à Blaskaltar entre temps...
avatar
le moine noir

Messages : 478
Date d'inscription : 02/12/2007
Age : 43
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum