Chroniques de Féérune : la Quête des Origines

27 Mirtul 639 DR, Swagdar, Shaar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

27 Mirtul 639 DR, Swagdar, Shaar

Message  le moine noir le Dim 15 Jan - 12:26

(Récit écrit en netherese)

Vingt-septième jour du mois de Mirtul, 639 DR, Swagdar, le Shaar méridional, Faerun, Deuxième Âge de ce monde.

Dans la matinée du 25 Mirtul, nous atteignîmes les steppes dites du Swagdar. Le Swagdar est une région plate du Shaar coincée entre les contreforts montagneux du Nath à l'ouest, la forêt d'Almar (ou Amtar) à l'est, et les Monts Gnollwatch au sud, qui forment la frontière naturelle avec le Dambrath. C'est une sorte d'immense territoire désolé que se partagent quelques clans de brigands, de hors-la-loi, et quelques créatures, vaguement monstrueuses, le plus souvent solitaires.

Nous aperçûmes au loin de la poussière : une troupe de cavaliers galopait vers nous à vive allure. De vulgaires brigands de la région, qui nous accostèrent et nous apostrophèrent en des termes grossiers, exigeant de nous un droit de passage exorbitant. Les Lions, fiers et droits, demeuraient méfiants et hostiles. Enguerrand prit la parole et tenta d'éviter un conflit avec son talent habituel de négociateur. Nous réunîmes la somme exigée et payâmes. C'est alors que je vis l'expression du visage de Ténaris changer. Il regarda nerveusement son compagnon à plusieurs reprises. Echangèrent-ils par un langage de signes secret ? Je ne saurais l'affirmer. Mais les brigands durent s'en apercevoir aussi. Ils se tenaient sur leur garde, leurs archers prêts à décocher leurs flèches meurtières. Quant à moi, j'avais prudemment mis pied à terre et, protégé par ma monture, incanté hâtivement un ou deux sortilèges mineurs d'abjuration, anticipant le pire... Soudain, Ténaris interpella les brigands, les sommant sur un ton sec et menaçant de lui expliquer la raison pour laquelle l'un d'entre eux portait la ceinture de cuir d'un guerrier de la Tribu du Lion. Consternation dans nos rangs... La tension était telle que les gouttes de sueur perlaient à tous les fronts, à l'exception précisément de celui de Ténaris et de celui de Tatbuyug. Devant une telle détermination, les brigands finirent pas céder, incertains de remporter la victoire face à six aventuriers suspects... Ils passèrent aux aveux : lors de leurs pérégrinations, ils étaient tombés, par hasard, sur le lieu d'un combat entre humains et gnolls. Ils avaient pillé sans vergogne les cadavres des guerriers humains. Telle était la loi du Swagdar... Ils nous indiquèrent le lieu, un peu plus au sud. Finalement, nous les laissâmes repartir. Ils s'enfuirent à l'est au triple galop. Nous n'eûmes point de difficultés à retrouver le lieu du combat, aidés en cela par les vautours, répérés à distance, qui se régalaient des chairs putrescentes des gnolls et des humains morts depuis trois jours. Sept Lions, partiellement dévorés et pas uniquement par les vautours ou les chacals, dix gnolls massacrés, et des cadavres de chevaux, criblés de flèches. Des traces de gnolls, d'humains et de chevaux partaient vers l'est, en direction de la forêt d'Amlar. Les barbares blessés avaient dû être emmenés, de la viande fraiche pour la route... Les extraordinaires talents de pisteur de Ténaris permirent aussi d'identifier les traces d'une créature assez lourde, à pattes griffues. Peut-être un Vrock, ce qui eût expliqué en partie la défaite des Lions. Nous décidâmes de suivre les traces. En soirée, alors que nous nous interrogions sur le meilleur emplacement pour monter un camp, nous fûmes attaqués par des Ankhegs, sorte de scarabés géants, cuirassés, dotés d'énormes mandibules coupantes comme des rasoirs. Ils émergèrent du sol sans prévenir. Les pattes de ma monture furent promptement sectionnées. Projeté à terre, il s'en fallut de peu que je ne trépassasse. Par les Neuf Enfers de Baator ! Il faut des années et des années pour faire pour un mage compétent ou un savant, mais quelques secondes d'inattention dans ces régions hostiles suffisent à l'éminer définitivement...

Le 26 Mirtul fut riche en événements inattendus et en révélations. Dans la matinée, nous fûmes survolés par un dragon bleu qui par chance ne nous accorda aucune attention. Plus tard, nous arrivâmes à la lisière de la forêt d'Amlar. La chaleur dans cette partie du Shaar  était suffocante et le taux d'humidité très élevé. La forêt s'étendait devant nous absolument impénétrable. Je doutais que la lumière pût filtrer à travers l'écran d'arbres, de plantes exotiques et de buissons. Une discussion s'ensuivit. Nous jugeâmes préférable de ne pas nous aventurer dans la forêt, connue et redoutée pour sa densité et la dangerosité de sa flore et de sa faune, sans parler des gnolls et des elfes, qui partout pouvaient nous tendre des embuscades mortelles. Nous longêames donc la lisière de la forêt en direction du nord. Dans l'après-midi, nous parvînmes à une sorte de plateau au centre duquel se trouvait un immense cratère (cratère dit des Têtes Brulées). Autour du cratère s'était organisé un campement gigantesque : des tentes multicolores, des marchés à l'air libre, des femmes occupées à leurs activités, des enfants courant partout, des cavaliers et des chariots allant et venant, etc. Et à l'intérieur du cratère, sur les pentes, disposées selon plusieurs niveaux circulaires concentriques, des habitations troglodytiques rudimentaires. Nous détectâmes à plusieurs reprises un symbole peint sur les portes, sur les murs ou sur les étendards : une tête de mort avec un bandeau sur l'oeil gauche. J'avais suivi mes compagnons qui s'en trop hésiter s'étaient dirigés vers le cratère et demandaient à parler au chef du clan. Deux intermédiaires nous reçurent. J'admirai, quoiqu'un peu sceptique, la manière dont Enguerrand se lança dans un discours complètement improvisé, se présentant comme l'envoyé d'une certaine maison "tranchant", des forges "tranchant", soucieuse de renouveler les termes d'un contrat de livraison d'armes... Les faits rapportés et les arguments ne furent apparemment guère convaincants mais eurent au moins le mérite d'aboutir au résultat escompté, puisque les deux hommes, un peu dépassés, jugèrent plus prudent "d'en référer au patron". On nous amena donc en face d'un individu appelé Damien, un homme de forte carrure, aux cheveux mi-longs bruns, au visage buriné coutûré de cicatrices, qui se montra plutôt amical et détendu. Enguerrand reprit son discours improvisé, y ajoutant au passage de nouvelles suggestions, dont certaines, du point de vue d'un citoyen de l'Empire, eussent pu passer pour de la haute trahison, mais également, hélas, quelques incohérences, que le dénommé Damien ne manqua pas de relever, prouvant par là-même qu'il était loin d'être un sot. Nous comprîmes un peu plus tard que tout était joué depuis le début : Enguerrand, fils de seigneur, avait manifestement sous-estimé sa popularité et l'un des hommes de Damien l'avait reconnu assez vite et s'était empressé d'indiquer à son supérieur la véritable identité de son interlocuteur. Une fois cet épisode divertissant clos, la discussion put repartir sur de nouvelles bases bien plus saines et bien plus sérieuses. Passons les détails. Nous apprîmes entre autres choses que 300 gnolls s'étaient amassés dans une cité en ruines appelée "Les Portes des Crocs de Métal" située au sud de la forêt d'Amlar, sur les rives de la rivière Ambron. Ceci depuis quelques mois. Ces 300 gnolls étaient bien plus forts que la moyenne. Ils ne venaient pas des Monts Gnollwatch mais plutôt des Monts Wyrmbones. Comment s'étaient-ils retrouvés là et pourquoi ? Mystère. L'un d'entre eux était albinos. On l'appelait avec crainte le "coupeur de têtes". Mais le véritable chef était "Celui Qui Dort dans les Tunnels".

Enfin d'intéressantes révélations ! Le gnoll albinos faisant partie des 300 gnolls, Voyvodin, Wyrven et Marty, s'ils n'ont pas déjà été dévorés, doivent se trouver dans la cité. Il est probable que les barbares survivants de la Tribu du Lion y soient également. Ces hommes du Swagdar en savent plus qu'ils ne veulent bien l'admettre sur les gnolls et leurs agissements. Une négociation avec les gnolls pourraient passer par eux. En échange d'informations sur l'Empire et d'autres prisonniers, ils pourraient accepter de nous rendre nos amis. Qui sait ? Je dois également me renseigner au plus vite sur cette cité en ruines, sur le démon, réfléchir sur le sens de cette expression traduite : "Celui Qui Dort dans les Tunnels". J'ai du travail !

Concernant mes autres soucis (et ils sont nombreux), j'envisage de me rendre en Halruaa d'ici peu. Ce n'est pas loin ! J'y rencontrerai assurément des prêtres de Mystra (divinité très présente dans ce pays) auprès de qui je pourrai puiser soutien, conseil et reconfort. Avec un peu de chance, les temples d'Halruaa entretiennent des contacts avec des temples dans le nord. Et des portails existent entre eux. Prions que je ne me trompe pas.
avatar
le moine noir

Messages : 478
Date d'inscription : 02/12/2007
Age : 43
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum