Chroniques de Féérune : la Quête des Origines

Les escaliers infinis, Tarsakh 1386

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les escaliers infinis, Tarsakh 1386

Message  le moine noir le Sam 19 Fév - 19:28

Le 15 Tarsakh 1386, l'archevêque de Waukeen à Spandelyion, l'excellent Caius Seranus, convoqua ses quatre frères survivants pour un départ à travers les plans. Destination : The Infinite Staircase, les Escaliers infinis, qu'il avait déjà empruntés jadis pour atteindre les plans inférieurs...

La première rencontre étonnante fut celle des Gardiens des Escaliers infinis. Ils renseignèrent les héros sur les diverses règles à suivre : ne jamais s'écarter des marches, éviter d'emprunter les portes situées sur les esplanades plongées dans des zones obscures et menaçantes, engager si possible un guide pour éviter de tourner en rond ou de se perdre, etc.

Après de longues heures d'ascension qui furent pour le prêtre Caius le plus douleureux moment de sa vie, les aventuriers atteignirent l'Auberge de Nulle Part, située au centre d'une très large esplanade encombrée de tentes, d'étals, de bicoques de fortune, gigantesque souk grouillant de vie, où des créatures de toute provenance échangeaient, marchandaient, discutaient dans des langues connues et moins connues. Il ne fut pas trop difficile d'obtenir le nom de l'un des guides les plus talentueux de ce lieu : le dénommé Kailon, un ogre mage à l'imposante stature, gouailleur et hâbleur. Caius tenta de négocier le salaire journalier en vain. Une fois les transactions terminées, le groupe se reposa une heure ou deux avant de se remettre en marche. La première journée s'acheva sur une nouvelle esplanade de plus modeste dimension où l'on monta le camp.

Le second jour fut très semblable au premier : une interminable ascension, le souffle rauque et les lamentations et recriminations incessantes de Caius, véritablement liquéfié malgré ses sorts de dissipation de la fatigue, les soupirs mornes de Chaka, les encouragements de Voyvodin et de Marty, les blagues graveleuses et les moqueries de Kailon, jusqu'à ce que...

- Combats violents au 2ème jour : les Bebiliths (démons)

Lors de la nuit du deuxième jour, Marty et Voyvodin firent le même songe. Une présence bienveillante, informe, se manifesta avec douceur et leur indiqua le meilleur chemin pour la rejoindre. Au matin, ils évoquèrent cette expérience inattendue. Caius et Chaka furent d'abord stupéfaits de n'avoir rien ressenti. Mais selon l'archimage, les puissantes barrières mentales qu'ils utilisaient chaque jour pouvaient avoir bloqué le contact onirique. Néanmoins, il leur sembla plutôt insolite que la Déesse se manifestât à ses choisis si près du but. Après des heures de marches, une bifurcation se présenta. Marty et Voyvodin reconnurent nettement le chemin vu en rêve. Mais le guide Kailon déconseilla ce chemin : les aventuriers qu'il avait guidés la veille, des sélunites, avaient voulu l'emprunter, malgré ses mises en garde et n'étaient jamais revenus à l'Auberge de Nulle Part. Caius et Chaka furent d'avis de lui faire confiance. Le groupe suivit donc l'ogre mage. Les aventuriers marchèrent, escaladèrent de nombreuses marches, empruntèrent d'innombrables couloirs, tournèrent et bifurquèrent jusqu'à perdre totalement le sens de l'orientation. Débouchant enfin sur une esplanade, Kailon s'arrêta net : son sourire carnassier s'évanouit et Chaka comme émergeant de ses pensées discerna nettement le voile de peur qui s'était soudaiment abattu sur son visage épais et les gouttes de sueur qui perlaient à son front. L'ogre mage se tourna vers les aventuriers, désignant le centre de l'esplanade, avant de reculer prudemment...

- Combats violents au 3ème jour : le Cornugon (diable).

Fuite. Nouveau débat entre les frères. Caius et Chaka étaient d'avis d'affronter à nouveau le Cornugon en se préparant correctement, flairant décidément le piège dans l'autre direction. Marty et Voyvodin étaient de l'avis contraire, faisant confiance au songe et redoutant (à juste titre) un nouveau combat contre le Cornugon...


Dernière édition par le moine noir le Lun 4 Aoû - 9:13, édité 7 fois
avatar
le moine noir

Messages : 478
Date d'inscription : 02/12/2007
Age : 42
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les escaliers infinis, Tarsakh 1386

Message  Admin le Jeu 3 Mar - 13:40

Point de vue de Wyrven

Les escaliers semblent sans fin. D'ailleurs lorsque l'on est dessus, on perd aisément la notion du temps et des distances. On voit d'ailleurs à courte distance et aussi bien vers le bas que vers le haut, on perd rapidement trace des environs. Régulièrement, il y a des plateformes palier plus ou moins grandes et qui donnent sur des bifurcations et d'autres voies que l'on peut emprunter, menant vers d'autres escaliers de tous types et de tous matériaux. Certaines directions sont évocatrices de l'endroit vers lequel elle mènent comme les plans maléfiques entourés d'ombres mouvantes et d'escaliers en ruine ou dégoulinants...
avatar
Admin
Admin

Messages : 810
Date d'inscription : 22/11/2007
Age : 38

Voir le profil de l'utilisateur http://lahordea7.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les escaliers infinis, Tarsakh 1386

Message  Admin le Jeu 3 Mar - 14:03

Point de vue de Marty

Aller à la rencontre d'un Dieu...
Impensable?
Et ce qui s'est passé en quelques mois... qu'en penser?
Des dieux qui jouent à la guerre, les mortels qui trinquent.
La terre qui s'ouvre, les montagnes qui explosent, le ciel déchiré...

Le calendrier semble toutefois s'accélerer...
Il y a quelques semaines, on en était encore à se chercher une moralité autour de vin de pays.
Hier deux frères viennent de tomber et Shar a mis un contrat sur nos têtes...
Que se passera-t-il quand nous seront tous tombés?
Car pour chaque frère qui s'éteint, une part de lui (de Mystra?) s'immisce dans les frères restant. Une bénédiction?

Suite à l'intervention de la Lune, nous avons rencontré des Selunites... ces gens nous ont avoué qu'ils ne savaient pas... ce n'est pas si courant... ca fait du bien de ne pas se sentir seuls...
Les réponses se trouvent là haut, qqe part dans les cieux, auprès de la Déesse...
Et pour la rencontrer il faudra emprunter les Escaliers Célestes sur lesquels veille Selune.
Mais là haut on trouve de tout... et la route est longue, semée d'embuches nous dit-on... pourrait-il en être autrement?

En a t il deja été autrement???

J'ai peu de souvenirs du temps où je pouvais penser au lendemain sans avoir envie de pleurer...

En sera t il un jour autrement?

Comme souvent, on a tout vu... un spectacle fantastique qui nous rappelle que dans ce monde, on est tout petit... mais que comme partout, tout se négotie... du vin, l'amour, une route, une nuit, la vie...
Et comme souvent on a frolé la mort... ou devrai-je dire certains ont frolé la mort... étonnant de voir que nos ennemis semblent unis jusqu'à mourir pour cette cause absurde alors que notre cause est juste mais que l'on semble à chaque fois se retenir... garder de la réserve... jusqu'à quand? à moins que ce ne soit cà le plan... qu'il n'en reste qu'un...

A t on encore notre destin en main?
avatar
Admin
Admin

Messages : 810
Date d'inscription : 22/11/2007
Age : 38

Voir le profil de l'utilisateur http://lahordea7.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les escaliers infinis, Tarsakh 1386

Message  Voyvodin le Dim 13 Mar - 2:48

Point de vue de Vovvodin

Après nous être réunis avec les fidèles de Séluné, il est décidé que nous ferions un voyage difficile dans un monde parallèle, les Escaliers Infinis.

Il faudra du temps avant de partir. Nous devons être préparé et certains doivent prendre des dispositions. Egalement, nous découvrons de nouveaux pouvoirs (!), immanquablement liés au décès de nos deux frères et donc à la dilution de l’essence de Mystra.
J’ai appris à accepter la magie avec les années, à y avoir recours pour augmenter mes chances de succès. Mes frères oublient souvent que je ne suis pas qu’un sauvage mais également un maitre dans l’Art de la Guerre. Peut importe la manière –et j’emmerdes les
chevaliers et la noblesse-, seul compte le résultat ! Avec le livre de sorts que j’ai acheté avec mes derniers deniers, je commence a imaginer l’interminable tâche des mages pour apprendre la magie : cela me demande des efforts de concentration considérables alors que le legs de Mystra me permet de percevoir avec une aisance incroyable les caractères, les symboles, les effluves de la Toile.

Notre voyage interplanaire sera dans le but de rencontrer Minuit, celle qui est à priori la continuité de Mystra… Encore des mystères qui sont hors de ma compréhension. Je pense que même Caïus et Chaka ne comprennent pas tout.

Fut un temps où j’exécrais les dieux considérant qu’ils se jouaient de nous. Mais après tout, nous sommes sans doute indissociables. Je crois parfois que c’est un marché de dupes : ils donnent des pouvoirs aux mortels qui les prient. Jouent-ils une compétition entre eux pour savoir lequel a le plus de fidèles ?

Bah… Ma vision a bien changé depuis ma rencontre avec la dernière Choisie, la Simbule. Mystra m’a alors investi, ainsi que six autres hommes, d’une part de son essence et grâce à cela, j’ai pu vaincre des ennemis de la race humaine, des monstres hideux et des sorciers maléfiques. Depuis toujours, j’avançais sans but.

J’ai cru en trouver un quand Caïus m’a convaincu que je devais devenir le roi de l’Aglarond pour le bien de la population. En fait, il ne m’y a jamais aidé. Pendant que je m’évertuais en vain dans ce but, avec un Chaka occupé à essayer de m’apprendre les us et coutumes politiques et diplomatiques -autant de verbiages inutiles !-, il installait son culte commercial à Spandelyion…

Humpf ! Je sais que je suis trop sévère mais je hais avoir le sentiment qu’on m’utilise. Et m’utiliser, beaucoup veulent le faire... En fait, je ne comprends toujours pas j’ai été « choisi ». Alors quoi, Mystra veut que je serve de garde du corps à Chaka ? L’archimage
m’intrigue… Au moins autant qu’il me saoule quand il croit m’expliquer de façon claire quelque chose. Je crois qu’être trop intelligent rend fou, à moins que ce soit les pouvoirs magiques proportionnellement démesurés par rapport à ce corps malingre qui ont perverti sa psyché, ha !

En vérité, je me suis habitué à eux. Chaka, Cauïs, Marty et Wyrven. Marty m’a surpris récemment en me prêtant 10000 pièces d’or pour que je puisse m’acheter un beau bouclier avec une tête de Lion, l’animal totem de mon clan, mon premier semblant de famille.

Quand à celui qui est mon père sans l’avoir jamais été, c’est une autre histoire dont il faudra que je m’occupe.

Aujourd’hui, j’ai un deuxième semblant de famille, avec ces quatre frères. Mais si ils étaient vraiment mes frères, j’aurais déjà casser la gueule de la moitié d’entre eux !

Je crois que mon préféré est Wyrven, fier et impétueux, il ne tergiverse pas. Quand il faut prendre une décision, il ne perd pas de temps. Oui, c’est bien l’apanage des guerriers.

Marty… c’est différent. J’ai cru un moment qu’on était amis et puis je lui en ai voulu à une époque pour des mots très durs concernant nos actes, d’après lui plus décousus les uns que les autres. Et moi, que quelqu’un qui ne propose rien condamne les erreurs des autres, je n’aime pas. A moins qu’en fait, nous n’entendions pas ce qu’il avait à dire…

Faut dire que le mage prend tout l’air respirable tellement il nous assomme avec ses théories sans fins sur l’ordre universel. Mystra, dois-je te prier plus fort pour être capable de créer une zone de silence ?! J’en rêve….

Assez plaisanté. Mystra, Minuit… Il va falloir lever des mystères…

Sans Wyrven qui nous rejoindra plus tard, nous déambulons dans des entrelacs d’escaliers sans fin. L’étrange créature qui nous a accueillit nous a donné de curieuses informations mais aussi quelques avertissements comme de ne pas se fier aux chemins qui paraitraient surs et qu’il fallait savoir descendre pour monter (?).

Après des heures d’ascension, je teste justement cette énigme en nous faisant redescendre puis remonter l’escalier. Cette idée a au moins le mérite de me valoir des compliments de Chaka autres que concernant mes aptitudes martiales. Caïus, lui, est resté dubitatif sur l’utilité de rallonger ce chemin de croix déjà assez difficile. Fidèle à sa témérité, il se garde bien de gravir les marches en regardant dans le vide. En somme, le Caius qu’on connaît : comme d’habitude, ni d’un coté ni d’un autre. Et pourtant, je sais très bien que pendant les dialogues houleux, quand il hésite, il fait semblant et attends seulement que quelqu’un donne un choix similaire au sien pour approuver…

Toujours est-il que nous atteignons une auberge à la population aussi étrange que ce monde est déroutant. Mon attention se porte sur la serveuse, une sculpturale demi-elfe. Hmmm… Finalement, la possibilité d’étreindre ce corps parfait vaut bien d’affronter une autre dimension !
Marty obtient comme information que l’ogre mage, assis là-bas au fond de l’auberge, est le meilleur guide disponible pour ne pas se perdre dans ces escaliers démentiels. On arrive a faire affaire avec lui (normal, on a le meilleur courtier de la planète parmi nous)… Cet ogre a l’air coriace et expérimenté et connaît surement beaucoup de monde ici. J’apprend de lui que la demoiselle est en couple (évidemment) et éprise d’un demi-elfe. Bon… Je suis pas du genre à dire des conneries du type « demi-homme »… Disons que
tant mieux pour lui… et tant pis pour elle. Chaka me sort de mes pensées et suivant mon regard me dit que nous devons partir et que je n’ai pas le temps pour ces enfantillages. Mouais… S’il lisait dans mon esprit, il saurait que je pense qu’il ferait bien de penser avec sa bite dès fois. Mais cette idée me provoque un éclat de rire et c’est quasiment moi qui le traine dehors.

Nous rencontrons plusieurs menaces dont des créatures qui manquent de déchiqueter ma cotte de mailles. Je ne manquerais pas de faire réparer à la première occasion les maillons détruits si je ne veux pas qu’elle finisse rapidement en lambeaux.

Durant notre sommeil, Marty et moi ressentons dans un songe l’appel de Minuit nous indiquant un chemin. Rien de tel pour Caïus et Chaka qui y voit une manipulation vers un piège. Nous verrons…

Grâce à l’ogre, nous évitons de nous égarer et certainement d’autres menaces. Nous croisons un groupe à contresens sans en tirer grand chose. Également, un chat ailé (?!) s'amourache de Chaka.

Vient le moment où nous reconnaissons l’escalier vu en songe. L’ogre est d’avis de ne pas passer par là, tout comme Caïus et Chaka. Pas de problème, on lui fait confiance, on va pas se battre pour ça. D’autant que si c’est effectivement un piège et que Chaka a raison, il va nous le servir à tout les repas !

Les escaliers sont ponctués de paliers de grande taille.  L’un d’eux est sous le contrôle d’un géant cornu à la peau rouge, vautré comme un pacha, avec d’autres diables derrière lui. Je vois Cauïs suer, Chaka perdre de sa superbe et Marty attentiste. Ce diable, un Cornugon, est le premier que je vois.  Il réclame un droit de passage pour chacun de nous. Je suis d’avis de payer car autant éviter un combat à l’issue incertaine. Fut un temps où je croisais le fer à la première occasion. Mais quand je connais pas…
Le Cornugon parle avec nous par télépathie. Cela ne marche pas avec Caïus et Chaka alors je répète ses mots.

Le problème, c’est que j’ai pas les cordons de nos bourses. Et quand il s’agit de raquer, mon frère Caïus perd subitement l’usage de ses oreilles. Sauf que le diable se fout de notre gueule et augmente le droit de passage. Toujours aucun signe de mes frères. Le Cornugon augmente encore les tarifs. En résumé, on ne passe pas de l’autre coté parce que c’est un piège donc c’est ici ou rien. Puisque personne ne se décide, je prend la décision d’engager le combat. Je m’encroute, si Wyrven était là, on aurait pas attendu tout ce temps.
La mauvaise surprise, c'est que je suis tout seul au charbon. Marty explique par ses gestes véhéments qu'il ne peut rien contre le diable, Chaka se tient a bonne distance et Caius appréhende visiblement...

Et ça se passe pas bien du tout. Ce diable frappe vite, fort et de loin. Son arme la plus terrible est un fléau qui me rend groggy. Incapable de me défendre, j'essuies une avalanche de coups dévastateurs. Finalement, Caïus essaie de venir à mon aide mais subit également le coup assommant. J'entends l'incantation de Chaka, enfin! Je ne comprends pas : je vois que je bouge plus vite mais... A terre,  dans mon état quasi comateux... Ca ne sert à rien! En représailles, le Cornugon m'inflige une autre salve de coups. C'est Marty qui mettra fin au combat en disant "ok, on va payer". Sauf que le diable décrète que le  paiement ne servira qu'à nous permettre de quitter ce palier, pas de le traverser...

Une fois à l'écart, Caïus dissipe mes blessures et les siennes. Chaka et lui insistent pour quand même passer par là. Bah voyons... Mes "frères" croient peut-être que mon orgueil en a pris un coup. Mais non. Je suis vert de rage d'avoir été seul face a ce monstre. "Frères", mon cul.
Pendant qu'ils tissent en vain -ma décision est prise, le Diable est trop fort pour moi- des plans et des théories pour m'assurer une victoire "certaine" face au Cornugon, j'imagine que je les jettent tout les 3 dans le vide. J'imagine mais je n'en ferais rien, bien sur. D'abord parce que je serais bien incapable de repartir d'ici... Et puis parce que la colère ne commande plus ma vie. C'est ma faute si ne suis pas assez lucide pour comprendre qu'a chaque fois qu'on croise quelqu'un qui nous parle gras, ils font dans leur froc. Et l'hésitation est contagieuse...
Sur le chemin, je me tais et serres les dents pendant que j'entends Chaka déplorer que nous prenions la direction de l'autre chemin. Le perspicace Caïus se rend compte que quelque chose cloche avec moi et je l'entends chuchoter qu'il vaut mieux me laisser tranquille quelque temps. Chaka lui répond que ce duel était une folie. Duel? DUEL? Le pire, c'est qu'il a l'air d'y croire. Je dois vite me calmer... Et réfléchir a comment battre un Cornugon la prochaine fois...

Minuit, j'espère qu'on va réussir a te trouver!
avatar
Voyvodin

Messages : 200
Date d'inscription : 29/07/2009
Age : 47
Localisation : Au dessus de ton cadavre

Voir le profil de l'utilisateur http://www.fallaitpasmechauffer.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les escaliers infinis, Tarsakh 1386

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum