Chroniques de Féérune : la Quête des Origines

c) La prière de Caius, 15 Hammer 1386, Velprintalar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

c) La prière de Caius, 15 Hammer 1386, Velprintalar

Message  Admin le Lun 4 Oct - 16:09

Scénario 2 – La prière de Caius…
(Récit des événements par Caius…)

Ma Grande Dame,

Veuillez recueillir avec bienveillance cette confession que je couche sur papier. Les derniers évènements sont de la plus haute importance et j’espère œuvrer pour votre bien sous votre regard.
Suite au souhait de la Simbule de nous rencontrer, nous sommes arrivé à sa capitale Velprintalar. Vous devriez voir l’effervescence de son port et la fierté des autochtones pour leurs vaisseaux qu’ils considèrent comme les meilleurs des environs. La ville en elle-même est étroite et sinueuse et égare facilement les étrangers que nous sommes, mes compagnons et moi. La foi en leur souveraine doit être grande car aucun mur ne ceint la cité.
Vous ai-je dis qu’en ces lieux, on ne vénère pas votre nom ? Seulement ceux de Chauntea et de Séluné. En effet, les terres que nous avons traversés sont boisées et agricoles et ils rendent grâce aux étoiles qui guident leurs navires.
Nous nous sommes attardés en ville avant de se rendre au palais. Vous savez aussi bien que moi de l’importance de faire bonne impression. Je me suis attardé donc à prendre un bain chaud, me vêtir dignement et imprégner ma toilette de parfums de musc enivrant. Il convient ici de préciser Grande Déesse au mes compagnons ne connaissent de l’étiquette que le nom. Certes Wyrven, dont je vous ai déjà compté les prouesses martiales, peut faire le change mais que dire d’Hector, ce misanthrope et de ce barbare Voyvodin. Ce dernier est néanmoins curieux et je lui est enseigné le panthéon.
Il n’en reste pas moins qu’Hector est revenu du temple de Chauntea avec de précieuses informations noyées par son goût immodéré par la bière qui y est brassée. De nombreux dieux ont péri durant ces temps troubles : Azouth n’est plus ainsi qu’Eilistrae et Tyr. Les masques sont tombés : Talos n’était autre que Gruumsh, Lathander autre qu’Amaunator et Yondalla Chauntea. Je ne saurais qui remerciez de vous savoir toujours parmi nous ! Ma vie ne vaudrait plus la peine d’être vécue sans votre présence à mes côtés.
Une fois tous rassemblés, nous nous sommes dirigés au palais où nous fûmes reçus par le chambellan Nerrol Hamastyn qui s’affiche comme un paladin de Séluné. Ne sachant la raison véritable de notre venue, il cherche à obtenir de nous des informations. Les derniers évènements nous ayant appris la prudence nous sommes rester évasifs jusqu’à ce que Wyrven nous surprenne tous en narrant nos exploits pour sauvegarder la Toile.
Vous auriez dû voir ce qui s’ensuivit ! Hector le taciturne s’en est pris vertement à l’elfe sur la divulgation de notre histoire en oubliant le lieu où nous nous trouvions. Nous avons eu le plus grand mal à faire retomber la colère d’Hector, peut être est-ce la présence de Phaeldra, une demi-elfe, élève de la Simbule qui dans ces entre faits avait rejoint le chambellan.
Quoiqu’il en soit, ces deux personnes semblent de bonne composition et nos aventures passées ne sont pas tombées en de mauvaises oreilles.
Le calme revenu, Phaeldra nous indique une porte qui s’est ouverte magiquement dans un mur. Nous nous y rendons pour rencontrer sa maîtresse. La porte franchie, c’est dans l’espace que nous flottons. Tout autour de nous est étoile et constellation. La Simbule nous attend dans le planétarium. Mais sa présence est diaphane comme s’il ne lui restait que quelque force sur ce monde terrestre. Elle nous accueille en nous appelant et quel fût pas notre surprise en apprenant le nom véritable de nos deux derniers compagnons ! Voyvodin est Temoudjin Bordinjin ( ???) et Marty Darmatildor ( ???).
Malheureusement le temps semble être compté et nous nous laisse pas le temps d’approfondir le sujet. Elle nous apprend qu’elle est la dernière survivante des 7 Sœurs.
Mais là n’est pas la plus grande des surprises : en chacun de nous, repose désormais une part du plan originel de Mystra. Elle nous informe que nous sommes à présent investi du pouvoir des Élus et capables d’utiliser le feu argent.
Oui Grande Déesse, le fidèle serviteur que je suis est maintenant un des 7. Imaginez ce que je vais pouvoir faire en votre nom avec cette charge suprême ! Votre nom sera connu à travers Faërun et nul doute que de nouveaux fidèles vont nous rejoindre.
Si cet héritage est un miracle, d’autre le refuse. Voyvodin le rejette avant de se raviser comprenant sous mes conseils que ce pouvoir fait parti de lui.
La Simbule répond à quelque questions de notre assemblée. Minuit est la nouvelle puissance de la magie et que l’usage de la magie nous reviendra. Elle nous demande aussi d’assurer la sauvegarde d’Algorond. Ces dernières paroles ne sont pas claires et tandis que nous partons avec déférence, l’elfe suggère de partir chercher l’héritier.
C’est alors que je me met en valeur Grande Déesse. Je convainc habilement le barbare de monter sur le trône. Le pays a besoin d’un homme fort pour la période de trouble qui s’annonce et qu’il est l’homme de la situation. Je lui apporte tout mon soutien, après tout c’est un frère pour moi désormais ! Avec lui sur le trône, la construction d’un temple à votre gloire n’est qu’une question de temps. Il m’a de plus avoué ne prier aucun dieu. Une fois la couronne ceinte, il lui faudra bien en embrassé une et Velprintalar vaut bien une messe. Qu’il vous choisisse ! il comprendra rapidement le sens de l’argent qu’il a peu pour l’instant pour mener la guerre qui l’attend contre Thay.
Wyrven semble quant à lui investi dans son rôle. S’il promet légèrement de jouer les ambassadeurs auprès des communautés elfes, il veut se présenter auprès de Minuit en utilisant l’infinite staircase du temple de Séluné. Les autres font preuve de plus de prudence et renouvelle leurs vœux de loyauté à Voyvodin. Qu’il est impressionnant de voir l’importance du mot frère pour certains d’entre eux. Quels imbéciles, sont-ils donc tous aussi manipulables ? Le moine croit-il vraiment que je vais lui rendre le calice de son dieux pour qu’il serve de relique inutile au fin fond d’un temple ? Nous risquons d’en avoir besoin rapidement !
Le choix s’étant arrêté sur le barbare, nous nous apprêtons à demander l’avis de la Simbule sur celui-ci. Hélas, la porte ne réapparaît pas. Une peine nous submerge comprenant que maintenant le flambeau nous a été donné. Avec l’accord des deux demi-elfes, nous convenons de taire pour l’instant la disparition de la Simbule et de faire réunir sous semaine le conseil du royaume.
Profitant de notre anonymat actuel, nous nous rendons à la demeure de Caytran Halvasyn. Je vous ai point parlé de lui ? Il s’agit du père de Lisa Halvasyn que nous avons sauvé sur la route menant à la capitale. Cet évènement a de l’importance et j’y reviendrais par la suite. Ce demi-elfe (encore un ! Ils semblent tous être aux postes importants du royaume) est un barde de forte renommée. Sa maison est d’une richesse et d’un goût remarquable. Mais voilà qu’au lieu de profiter de ce moment et de se faire un ami facile, Voyvodin à la recherche de ses origines, somme quasiment Caytran de lui révéler et l’achète de quelque pièces d’or offensantes. Quel gâchis que nous pouvons rattraper. Il apprend néanmoins qu’il est le fils de Yamun Khanan, chef de la Horde qui a ébranlé cette région du monde il y a quelque décades avant d’être tué par le roi du Cormyr Azoun IV. Quel bon choix en ce Voyvodin ! Le sang des conquérant coule en lui et je ne cesse de lui rappeler.
Une fois sa descendance apprise, Voyvodin s’en va en fracassant tout ce qui passe à côté de lui une fois dehors. Mais la colère froide de Caytran n’en est pas moins aussi dangereuse. Il nous demande d’éloigner Hector de sa fille. Je n’avais rien vu ! Partis de chez notre hôte, j’en tiens informé Hector tout en sachant que par son caractère il fera ce qu’il veut.
Ce Caytran quel étrange personnage. Il semble de par sa richesse avoir bien plus de pouvoirs qu’il semble en montrer. Il faudra s’en méfier ou s’en faire un allié rapidement.
Ne sachant que faire, nous optons pour se renseigner sur le Zultir Phénix. C’est lui qui est à l’œuvre de l’enlèvement de Lisa Halvasyn. Marty nous dévoile ses talents de fouineur en nous rapportant le lieu où il se terre, un phare à une journée d’ici et que c’est un fidèle de Kossuth. Wyrven ne semble pas trop comprendre cet engouement pour éclaircir cette affaire mais ma magie n’étant pas stable, il accepte de nous accompagner. Nous sommes frères après tout.
Nous attendons le retour d’Hector parti on ne sait où avant d’aller au phare. Nous évitons tout lieu habité pour y aller pour éviter toute alerte. A vue du phare, Marty s’approche et nous informe que deux gardes surveillent en haut de la tour. Soudain, un doute nous étreint. Et si nous nous trompions et qu’il s’agissait de vrais gardes. Si la première action du roi est de tuer ses soldats, où va-t-on. Nous essayons donc la ruse en demandant l’hospitalité pour la nuit. Je suis sûr de mes talents de bonimenteurs. Pourquoi cela a-t-il échoué ? Peut-être l’épée à deux mains du barbare dans son dos ? La porte se referme sur nous. Le temps est aux armes ! Wyrven lance un sortilège mais s’aveugle de par ce geste. J’amène le reste de l’équipe en haut du phare pour surprendre les assiégés. Étrangement, personne nous attend en haut. Nous dévalons les escaliers à vis, laissant Hector en haut comme garde. Nous dévalons les marches sans se soucier du premier étage. Voyvodin casse la porte de la salle de garde. Mais il n’arrive pas à franchir le seuil ! Son adversaire est un vétéran qui n’hésite pas à se protéger laissant le mage qui l’accompagne lancer ses sorts. Quant à moi, Grande Déesse, j’ai beau vous invoquer je ne vous rejoint pas. La situation du combat tourne à notre faveur lorsque Lancercan et Wyrven nous rejoigne en fracassant la porte d’entrée à coup de poing. Le guerrier s’effondre et je le maintiens en vie pour le questionner. Le mage se rend mais un habile subterfuge lui vient à l’esprit pour s’échapper : faire croire qu’il va faire disparaître ces tentacules noires conjurées alors qu’il se téléporte.
Est-ce par colère que Lancercan s’élance tête baissée défoncer la porte du premier ? Malgré mes avertissements que le Zulkir maîtrise le feu. A peine arrivé, une véritable langue de feu l’étale quasiment. Le zulkir nous attend protéger par son bouclier de flammes. Les attaques au corps à corps brûlent mes compagnons Wyrven et Voyvodin. Soudain, deux explosions de flammes venues tout droit de l’enfer nous consomment. Seule la foi profonde que j’ai en vous nous permet de rester en vie grâce à vos soins. Voyvodin est désormais à terre et Phénix nous menace de l’achever pour sauver sa vie. Les têtes brûlées que sont mes compagnons n’en ont cure et on voit notre futur roi pris de spasmes avant de s’effondrer sans vie, une énergie revigorante semblant parcourir le corps de notre ennemi. Wyrven essaie de gagner le combat mais peine perdue le zulkir s’enfuie.
Nous nous précipitons vers Voyvodin. Par miracle, il respire encore !
Par la suite, nous apprenons du prisonnier que lui et son compagnon mage étaient payé par ce mystérieux thayen mais qu’ils ne connaissaient pas ces agissements ni la raison de la tentative d’enlèvement de Lisa Halvasyn.

Je croie Grande Déesse que de nobles tâches m’attendent ici. Si le royaume est arriéré, la capitale est une ville marchande et nul doute qu’établir un culte florissant en ces terres vous sied. Ce que j’ai réussi à Lashania, je peux le faire en ces lieux à moins que vous m’ordonniez toute autre quête. Je reste votre humble serviteur et représentant terrestre de votre splendeur.

avatar
Admin
Admin

Messages : 827
Date d'inscription : 22/11/2007
Age : 38

Voir le profil de l'utilisateur http://lahordea7.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum