Chroniques de Féérune : la Quête des Origines

Episode14 - Prétendants et prétendantes... (19/02/17)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Episode14 - Prétendants et prétendantes... (19/02/17)

Message  Admin le Mar 21 Fév - 15:36

Jour22
Discussion Eaan/Elixander/Soros pour cadrer les accords passés, présents et futurs.
Eaan revient sur sa méfiance et va dans le sens de Soros. Un phare et une maison de jeux vont voir le jour.
Elixander prend conscience des moyens financiers importants de Soros.

Départ vers le domaine Dunn pour Carillon (+2 soldats) et Eaan (+2 soldats), arrivée en soirée

Jour23
Départ vers le domaine Uffering, arrivée en fin de journée
Le cheval de Eaan se casse une jambe sur la route endommagée
Discussions stratégiques et économiques avec Lord Godric et sa tante Rose

Jour24
Départ vers le domaine Orme avec Godric (+3soldats). La troupe compte désormais 10 cavaliers.

Jour26
Arrivée au domaine Orme
Rencontre avec Lord Garrett et Erena
Parties d'échecs entre Eaan et tous les membres de la famille Orme
Carillon appuie la "candidature" de Eaan pour marier sa soeur, femme très active, très capable, et "un brin" prétentieuse.
Lord Garrett accepte que Carillon mandate des ménestrels pour ternir la réputation de Parment Crane
Visite du domaine Orme, coloré et agréable, il y fait bon vivre.

Jour28
Départ vers le domaine Kidwell


An 297 – Mois 5
Jour2
-Arrivée au domaine Kidwell

-Alex révèle que son père hésite à marier son frère Theon à Marine Yelshire, de peur de s'attirer l'inimitié de la famille Crane. Il pourrait y consentir s'il avait l'appui des Rowan.

-Rowan et Crane, qui "s'affrontent" également sur un autre dossier, le mariage avec Lady Alyce Graceford.
Lady Alyce souhaiterait marier Martin Rowan, l'héritier, mais Lord Mathis veut lui faire épouser Lance, le cadet.
Du coup, Lady Alyce a tourné son regard vers Parment Crane.

-Alex dit aussi que de son coté, son union avec Mylenda Redding n'est pas si facile et qu'il aura peut être bientot besoin de l'aide de son ami Eaan.

-Rencontre avec Talia, la soeur d'Alex. Carillon lui tape dans l'oeil mais est un peu agé. La jeune femme tient des propos féministes surprenants et semble aimer les débats engagés, au grand dam de son frère qui aimerait plus de légèreté.
Eaan passe du temps avec elle en l'aidant dans la tenue de ses parterres de fleurs.

Jour4
Départ vers le domaine Graceford avec passage par le domaine Rowan


Jour6
Arrivée au domaine Graceford
Ser Parment Crane est présent sur place et inévitablement, le ton monte entre Carillon et lui.
On frole l'incident mais finalement, Eaan et Godric raisonnent leur ami et décident de quitter le domaine au grand soulagement de Lady Alyce.

Jour7
Départ vers le domaine Lowther

Jour8
Rencontre fortuite sur la route, proche du domaine Westbrook avec Bendy Webber et sa chaperonne, Maerie Hewett. Bendy est un gamin de 10 ans qui rêve de devenir chevalier, de peloter des filles et d'être un grand archer. Maerie est une jeune fille de 16 ans qui a perdu sa mère et été quasiment abandonnée par son père.
Elle manque de confiance en elle et trouve en Eaan un parfait confident. Tous deux sont très cultivés et le courant passe très bien, à tel point que Eaan décide de l'accompagner au domaine Webber.

Jour9
Durant le voyage, Eaan apprend que Maerie est la fille de Farlen Hewett, rencontré au Nid.
Arrivée au domaine Webber.
Le domaine possède un bois et fournit donc le domaine Lowther pour construire les bateaux.
Carillon se renseigne auprès d'artisans pour confectionner qqe chose pour aider son frère.
Lord Deremond les remercie pour avoir escorté son fils et leur propose de se joindre à lui pour une chasse au sanglier, offre acceptée bien volontiers.

Jour10
Chasse au sanglier

Jour11
Départ vers le domaine Lowther


Dernière édition par Admin le Mer 22 Fév - 14:24, édité 1 fois
avatar
Admin
Admin

Messages : 823
Date d'inscription : 22/11/2007
Age : 38

Voir le profil de l'utilisateur http://lahordea7.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Episode14 - Prétendants et prétendantes... (19/02/17)

Message  Callum Grimm le Mar 21 Fév - 16:52

Jour 22, Mois 3, An 297

Les choses avancent bien !

J'ai pris l'initiative de prévenir le seigneur Lowther de notre venue par un message porté par un corbeau. Je pense que pour des négociations de cette importance, il est nécessaire et important de s'annoncer.

Un peu plus tard, j'ai demandé à Soros de venir au château et j'ai prévenu Père. Je voulais en savoir plus sur leurs accords et peut-être envisager une réévaluation de ceux-ci. Puis je souhaite avancer plus rapidement sur la montée en puissance du Nid. Il me faut donc mettre de côté les petites rancunes pour le bien de la famille.
Lorsque j'ai demandé s'il y avait des écrits de leurs accords, Père a envoyé Mestre Corbin cherché un vieux tome poussiéreux. Il est écrit dedans que Soros était le gestionnaire du bourg...

Quel choc !

Moi qui pensait qu'il n'avait que le Marché à sa charge, il se trouve finalement que le pouvoir qu'il lui a été donné par Père est bien plus grand. Quand Soros a demandé pourquoi je m'interrogeais là-dessus, j'ai évoqué un possible réévaluation mais je me suis embrouillé. Mon oncle n'est pas avec moi et c'est bien en son absence que je me rends compte que tout cela n'est pas si simple... J'ai simplement avoué vouloir moi aussi m'impliquer dans la gestion de notre domaine, bourg et marché y compris. Soros a expliqué à Père ses frustrations sur les réponses que nous lui avions donné quant à ses propositions d'investissement. Et c'est alors que j'ai pris une décision. Je suis revenu sur ce que je disais : j'ai proposé que nous financions ensemble la construction du phare. Je veux que ce soit un investissement commun. Soros a été surpris et je dois avouer que j'ai apprécié cette expression sur son visage. Il a donc redemandé ce que nous ferions pour la maison de jeux. J'ai préconisé la prudence. Trop investir pourrait coûter cher si nous venions à être attaqué à nouveau ou si un autre type de désastre venait à s'abattre sur nous. Père a eu l'air fier de ma réponse. Et Soros... Soros a commis une erreur. Il a clairement sous-entendu que ses finances allaient au mieux et qu'un incident comme l'attaque des Fer-Nés serait loin de le laisser démuni. Père a compris et a plaisanté en parlant d'une hausse des taxes. Mais ce n'était qu'à moitié de l'humour. Père a donné son aval pour l'établissement d'une maison de jeux. Bien qu'il n'en voyait pas beaucoup l'intérêt, Soros et moi avons réussi à le convaincre.
Avant de partir, Père semblait perdu dans ses pensées. L'erreur qu'a commise Soros en se vantant de ses biens financiers n'a pas été oublié, on dirait.

Plutôt fier de moi, j'ai ensuite été voir Messire Carillon. Je ne voulais pas qu'il parte. Le duel avait réglé leur différent, ceci était maintenant du passé. Je lui ai donc demandé de rester, mieux encore de m'accompagner voir le seigneur Lowther pour négocier un navire. Il craignait la réaction de Mère mais je l'ai immédiatement rassuré. Je suis sûr qu'elle comprendra si je venais à devoir m'expliquer. Messire Carillon semblait ravi de mon attention.

Nous sommes partis pour un long voyage. Première étape, le domaine Dunn. Mon oncle ne s'est pas joint à nous, il doit se remettre du duel avec Messire Carillon.

Les Dunn ont été ravi d'apprendre que Père va mieux !

Nous n'allons que rester pour une nuit chez la famille de Mère. Mais nous avons tout de même été bien reçu, comme à l'habitude. J'ai demandé des nouvelles de Ser Léandre. On m'a assuré qu'il participera au tournoi de Cendregué, même si le ton avec lequel ces propos ont été prononcé ne laissait aucun doute sur l'espoir que sa famille portait en lui. Cela me fait un peu de peine... Je suis sûr que Ser Léandre aurait besoin de soutien. En tout cas, il aura le mien !


Jour 23, Mois 3, An 297

Nous avons été accueilli comme des rois ! Le seigneur Godric fait honneur à son statut de seigneur et de chevalier !

Avant d'arriver au domaine Uffering, la monture que m'a offert Alex s'est blessée à la patte... Il manquait un pavé sur la route... Je suis un peu triste. Ce cheval symbolisait en quelque sorte mon amitié avec Alex...

Le hameau Uffering est assez petit mais il n'en est pas moins dénué d'un certain charme. Mais je ne pense pas pouvoir vivre dans ce genre d'endroit. Cela manque... D'action et de mouvement. Le seigneur Godric nous a accueilli en grandes pompes. Après nous être installés dans nos appartements, nous l'avons retrouvé dans sa grande salle. Je lui ai apporté des nouvelles du Nid, il s'est inquiété mais je l'ai assuré que tout allait bien désormais. Il nous a demandé s'il pouvait aider en quoi que ce soit mais ce n'était pas la peine. Nous avons alors abordé, après des félicitations renouvelées pour son union et sa victoire, le sujet de notre grand projet commercial. Nous lui avons expliqué nos intentions, nos idées, nos ambitions. Il semblait assez réceptif. Il nous a même confié qu'il ne savait pas trop où investir son or.
J'ai croisé le regard de quelqu'un, dans le fond de la salle, qui nous épiait. Il s'agissait de la tante du seigneur, Rose. Elle s'est jointe à nous et nous a donné son avis sur nos idées. Elle faisait preuve d'une grande prudence et conseillait au mieux le seigneur Godric. Je pense qu'elle est un pilier pour le domaine. Le seigneur Godric a tendance à s'emballer peut-être un peu rapidement, elle semble être son garde-fou. Nous avons remis au dîner la suite de la conversation et Carillon en a profité pour inviter le seigneur Godric à nous rejoindre dans notre voyage. Cela était une excellente idée !

Au dîner était aussi présente Dame Glorel, toujours aussi magnifique. Nous avons donc repris la conversation sur le commerce. Dame Rose a eu de bonnes réflexions. Elle nous a conseillé de nous tourner plutôt vers les domaines côtiers, les domaines en plein terre n'ayant pas les mêmes besoins et problématiques. Elle nous a fait comprendre aussi que plus nous inviterons de domaines à rejoindre notre entreprise, moins celle-ci aura de la valeur. Nous lui avons fait comprendre que nous comptions d'abord proposer à nos amis avant de nous étendre à d'autres si nous n'avions pas trouvé suffisamment d'intéressés. Le seigneur Godric a mentionné le domaine Oldflower. Comme à mon habitude, j'ai eu une réponse un peu... Brutale. Mais je me suis corrigé rapidement avec l'aide de Messire Carillon. Il est vrai que je n'avais pas pensé à eux mais ce n'était pas pour rien. Nous ne sommes pas particulièrement amis. Juste en bon terme, du moins je l'espère. Le seigneur Godric a évoqué le fait qu'étant lié à eux, il serait plus juste que si les Uffering rejoignent cette alliance, le même choix serait à proposer aux Oldflower. Dame Rose a commencé à poser des questions sur le retour sur investissement et souhaitait des approximations chiffrées. Malheureusement, c'est une chose impossible à définir pour le moment. En effet, cela dépendra de bien des choses, notamment des produits que nous pourrions vendre. Nous avons insisté sur le fait que nous venions en discuter tout d'abord pour voir si cela pouvait intéresser. Il n'était nullement question de signer quoi que ce soit ni de verser quelques sommes que ce soient. Pour le moment, cela semblait plutôt positif, bien qu'un peu mitigé. Dame Rose a conseillé au seigneur Godric de nous accompagner d'ailleurs. Elle disait que cela lui serait profitable.

Et voilà une bonne chose de faite ! Le seigneur Godric nous rejoint sur la route et nous renforçons notre amitié naissante. Plus on est de fous, plus on rit !


Jour 24, Mois 3, An 297

En route pour Haut-Jardin ! Mais sur une nouvelle monture...

En effet, hier, le seigneur Godric avait fait demandé à ce qu'on examine mon cheval pour savoir ce qu'il avait... Sa patte est brisée... Pauvre bête... Le seigneur Godric a tenu à m'offrir un nouveau cheval. Essayons de voir les choses de façon positive : un symbole d'amitié en remplace un autre.


Jour 26, Mois 3, An 297

Quelle merveilleuse journée s'était !

Nous avons passé une nuit à Haut-Jardin avant de reprendre pour le domaine Orme. C'est une immense ville ! Mais différente de Villevieille. Peut-être sont-ce mes mauvaises aventures qui altèrent ma vision mais Haut-Jardin semble plus... Vive, colorée et agréable.

Lorsque nous nous sommes rapprochés du domaine de Carillon, il nous a conté sa splendeur et sa magnificence. Même si parfois, je trouve que Carillon embellit beaucoup la vérité pour lui donner un certain lyrisme, cette fois, tout était comme il l'a décrit, si ce n'est plus. Et je comprends mieux d'où lui vient cette petite manie d'ailleurs !

En arrivant aux abords de Castelocre, le château Orme, j'ai cru apercevoir Dame Erena... Une pioche à la main et toute crottée ! Carillon faisait mine de ne pas l'avoir remarquée... Étrange ! Mais bon, même sur le coup, je me suis dit que si elle n'était ne serait-ce que la moitié de son frère, cela ne serait pas si surprenant. Et j'ai rapidement appris que les Orme étaient des personnes aux multiples talents !

Nous avons rencontré le père de Carillon, le seigneur Garrett Orme. Après les présentations habituelles, il s'est intéressé au seigneur Godric, qu'il a félicité. Puis il m'a posé des questions sur ce que je savais faire. Je lui ai donc parlé de chiffres et de gestion de domaine. Il m'a testé, me demandant ce que j'avais pu voir du domaine et des améliorations qu'on pourrait y apporter. Je lui ai fait un rapide compte-rendu mais je dois bien avouer qu'il est géré d'une main de maître. Les seules idées que j'ai pu avoir étaient déjà en place. Nous sommes rentrés dans le vif de notre sujet préféré : le commerce. Nous avons appris que la cible de Carillon était surtout les Terres de l'Ouest. Nous y arriverons, Carillon. Petit-à-petit, nous nous étendrons et distribuerons vos si belles couleurs jusqu'à Port Lannis ! Une brève discussion entre le seigneur et son fils m'a appris que Dame Erena était une "touche-à-tout", comme ils disaient. Intéressant...

Un peu plus tard, nous avons passé un peu de temps avec Ser Eldon. Il semblait avoir le sourire. Je suis ravi d'apprendre qu'il ne s'est pas laissé abattre par la perte de sa jambe... Carillon a parlé de faire quelques parties d'échecs. En voilà une bonne idée ! Ser Eldon y a initié le seigneur Godric et Carillon s'est avoué vaincu seulement après nos premiers coups... C'était frustrant, je dois bien l'avouer !
Mais j'ai affronté Ser Eldon. Par les Sept, il se débrouille très bien ! J'ai eu beaucoup de mal au début. Son rythme de jeu est différent de ceux dont j'avais l'habitude. Cette famille n'a de cesse de me surprendre... Mais j'ai tout de même remporté la partie.

Au dîner, le seigneur Orme nous a appris que les Castellane comptaient assécher leur marais pour le transformer en marais salant. Ils vont avoir de quoi commercer de manière bien aisée ! Le sel est extrêmement rare par chez nous. Le repas était excellent, les personnes qui le partageaient encore plus ! Nous avons beaucoup ri, chacun y allait de ses plaisanteries !
Et puis Dame Erena est arrivée. C'est vraiment une ravissante jeune femme, captivant toute personne posant les yeux sur elle. Elle a une relation avec Carillon semblable à la mienne avec Cléon... Enfin avant qu'il ne parte... Cela était plaisant à voir. Ils s'envoyaient de petites moqueries tour après tour. Dame Erena nous a raconté quelques histoires et m'en a demandé quelques unes aussi. Je lui ai narré le duel entre mon oncle et Carillon. Je ne voulais surtout pas parler de choses tristes ou funestes. Ce n'était pas le moment ni l'ambiance. Et je ne voulais pas y repenser.
Après le dessert, Dame Erena nous a fait une démonstration de sa souplesse et de son agilité. C'était impressionnant ! Et qui pouvait croire que le corps humain était capable de ce genre de choses ! Carillon a ensuite parlé d'échecs... Dame Erena a eu une petite réflexion qui m'a poussé à l'inviter à m'affronter. D'après elle, c'était un jeu trop "simple"... Elle disait ne jamais y avoir joué. Je lui ai donc expliqué les mouvements de chaque pièce, puis aussi quelques techniques d'ouverture et de stratégie. Au début, je pensais qu'elle ne comprenait pas tout mais j'ai fini par comprendre qu'elle voulait gagner du temps... Mais du temps pour quoi ?.. On a fini par commencer. Soit elle avait appris en un temps record, soit elle avait caché son jeu. Les coups qu'elle faisait ne pouvait être ceux d'un amateur... Et... J'avais du mal à me concentrer... Après m'être battu comme un lion, j'ai fini par plier. Cela faisait longtemps que je n'avais pas perdu ! Cela m'a fait plaisir, en un certain sens. Je l'ai félicitée pour sa victoire et elle m'a avoué avoir déjà vu son père jouer. Je lui ai signalé que cela était tout de même extraordinaire d'avoir appris seulement en observant qu'un nombre très petit de parties. Elle m'a aussi dit qu'elle est agréablement surprise de ma réaction de bon perdant et m'a demandé si j'étais en possession de tous mes moyens au début de la partie. Je me suis surpris à glisser une petite flatterie, lui disant que c'était probablement sa beauté qui m'avait déstabilisé. Pour finir là-dessus, elle demandera à son père de m'affronter demain.

Nous avons fini la soirée gaiement. La musique était entraînante, le vin était bon et la compagnie de la famille Orme était excellente. Je n'oublierai pas de si tôt les moments heureux passés ici !


Jour 27, Mois 3, An 297

Encore une bonne journée !

Carillon nous a emmené au marché. Il m'a même acheté une magnifique cape ! Nous avons déjeuné dans une petite auberge bien coquette, "Chez Amlaury". Puis Carillon nous a emmené au Hall des Ménestrels. Ce hall semblait être la résidence de l'art et du lyrisme personnifiés !

Le soir, j'ai joué aux échecs contre le seigneur Orme. C'est un redoutable adversaire mais j'ai tout de même sorti mon meilleur jeu. Au final, la seule que je n'ai réussi à battre est Dame Erena. Au moins, cela me fera une excuse pour revenir...

Demain, nous partirons pour le domaine Kidwell. J'ai hâte d'y être !


Jour 2, Mois 4, An 297

Dame Talia est... Pour le moins intrigante et intéressante. Mais aussi un peu extrême dans certains de ses propos...

Après un arrêt dans un relais, nous sommes arrivés au domaine Kidwell. C'est Alex qui nous a accueilli, les bras ouverts. Je suis content, il était agréablement surpris de notre visite. Nous avons parlé tout d'abord de l'engagement de son petit frère avec Marine Yelshire. D'ailleurs, ce dernier et son père était sur le domaine Yelshire, c'est donc Alex qui tient le domaine en son absence. Alex nous a expliqué que son père ne voulait pas s'attirer les foudres des Crane et que c'est l'appui de la famille Rowan qui le poussera à consentir à l'union. Alex nous a signalé que Théon s'était épris de Marine. Nous lui avons fait part des arguments que les Kidwell pourraient annoncé aux Rowan pour faire pencher la balance de leur côté. Nous l'avons aussi indiqué qu'il avait tout notre soutien et que s'il avait besoin de notre aide, il n'avait qu'à demander. Il avait aussi quelques troubles dans sa relation avec Milenda Redding. Il aurait besoin de mon aide dans un futur proche, je lui ai répondu qu'il pouvait évidemment compter sur moi !
En ce qui concerne les Rowan, Alex nous a parlé des anecdotes entre Lady Alyce et ceux-ci. En effet, Lady Alyce aurait son regard tourné vers Martin Rowan. Le seigneur Mathis Rowan préférerait engagé Lance, le cadet. Lady Alyce, peut-être simplement pour lui forcer la main, se serait alors tourné vers... Parment Crane... Carillon a réagi comme on pouvait l'y attendre !

Au dîner, Alex nous a présenté sa sœur, Talia. Elle est vraiment très belle ! De long cheveux de feu et un regard d'émeraude. Quel choc cela a été lorsque nous avons commencé à vraiment discuter, après qu'elle nous ait demandé, à Carillon et moi-même, notre situation intime. Loin des ordinaires demoiselles, elle avait un avis assez tranché sur de nombreux sujets. Celui de la soirée : la différence entre les hommes et les femmes. Pour introduire ce sujet, elle nous a posé une question bien étrange : "Abandonneriez-vous votre nom par amour ?". Le seigneur Godric et Carillon ont été direct, ils ont répondu par un refus. Quant à moi... Je dois avouer que je suis capable de bien des choses par amour... Mais de là à abandonner sa famille... En réalité, je ne sais pas. Et de toute façon, je ne pense pas qu'il y a de bonnes réponses à cette question. Messire Carillon a eu d'ailleurs une remarque juste : "Elle ne le demanderait pas si elle m'aimait". Dame Talia a eu de nombreux propos durs vis-à-vis des hommes. Selon elle, nous sommes tous des porcs assoiffés de pouvoir, de sang et de sexe... Et, encore d'après elle, si les femmes étaient au pouvoir, il n'y aurait plus aucun problème... Je ne pense pas que ce soit si simple. Si les choses sont vraiment un problème à ses yeux, inverser totalement la société actuelle reviendrait, à mon avis, à reproduire exactement la même problématique... Je ne pense pas que nous soyons si différents que ça, hommes et femmes. Tout est une question de... De point de vue et de recul. Elle nous a dit qu'elle n'aurait de toute façon pas le choix de son mari. Son père aurait des vues sur le domaine Varnier ou le domaine Fossovoie. Carillon, tout au long du dîner, lui tenait tête. Il semblait être assez intéressé par Dame Talia et, aux vues de ses réactions à elle, elle ne semblait pas vraiment indifférente non plus. Elle a juste mis en défaut son âge un peu avancé. Elle a quitté la table un peu plus tard, nous laissant entre hommes.
Alex semblait assez gêné par le comportement de sa sœur. Pour lui, elle se prenait bien trop la tête. Je n'ai pu objecté sur cette remarque. Personnellement, je trouve cela assez intéressant. Non, pas "assez" mais "très". Discuter de divers sujets de façon aussi libre et poussée ne peut qu'être bénéfique, que ce soit sur l'apport en connaissance dans les sujets eux-même mais aussi dans son interlocuteur.

Malgré l'agitation, c'était une bonne journée. Revoir Alex est toujours aussi plaisant. Et il m'a même présenté à sa sœur comme l'un de ses meilleurs amis, si ce n'est le meilleur ! Demain, je vais essayer de m'entretenir avec Dame Talia seul à seul. J'aimerais poussé ces débats un peu plus loin, sans être interrompu. Malgré la petite étincelle entre Carillon et elle, elle m'intéresse beaucoup, ne serait-ce que sur le plan intellectuel !


Jour 3, Mois 4, An 297

Mon esprit est en pleine ébullition ! C'est bien la première fois que j'arrive à parler aussi librement de ma façon de voir le monde à quelqu'un. C'est assez libérateur d'être écouté et d'échanger !

Le matin, Carillon et le seigneur Godric sont partis s'entraîner. De mon côté, j'ai demandé à voir Dame Talia, que j'ai retrouvée dans le jardin qu'elle entretenait. J'ai passé toute la journée en sa compagnie et j'ai confirmé ce que je pensais : cette dame est loin d'être stupide, bien au contraire. Et c'est un véritable plaisir de parler avec elle. Nous avons traité de nombreux sujets : l'opposition, la connaissance des autres et de soi-même, les masques qu'arbore chaque personne, ma vision du monde... Elle m'a fait quelques compliments aussi mais me disait qu'il pouvait me manquer de l'assurance. Elle décèle en moi de l'incertitude et je ne l'ai pas contredite. Elle me disait que je savais écouter et, petit plus, je n'étais pas désagréable à regarder.

Nous allons repartir du domaine demain. Je dois bien avouer que si nous n'avions pas nos obligations, je serais bien rester quelques jours de plus pour approfondir bien d'autres thèmes avec Dame Talia. Je m'amuse même à m'imaginer faire cela tous les jours jusqu'à la fin. Cela ne me déplairait pas... Au moins, si Dame Talia a quelque chose à dire, elle n'hésitera pas à le partager...


Jour 4, Mois 4, An 297

Je suis parti avec un petit pincement au cœur, je dois bien l'avouer. Je resterai bien volontiers avec mon meilleur ami et sa belle et intelligente sœur...

Après des salutations franches, nous avons quitté le domaine Kidwell. J'ai déjà une petite idée de présent pour Dame Talia, et le seigneur Godric m'a dit que son mestre est un expert du domaine de la nature. Il serait intéressant que je converse avec lui, alors...

Nous restons pour la nuit dans le bourg du domaine Rowan. Je ne pense pas qu'il soit nécessaire d'indiquer notre présence. Nous serons au domaine Graceford d'ici deux jours.


Jour 6, Mois 4, An 297

Nous savions quel était l'issue de la journée dès que nous les avons vu...

Nous avons été accueilli par Ser Baudouin. Sur le chemin vers Lady Alyce, nous avons remarqué des chevaux... Leurs tapis de selle portaient les couleurs des Crane... Le seigneur Godric et moi avons échangé un regard empli de prudence.

Lady Alyce nous a accueilli amicalement. Carillon a manqué de souplesse dans sa révérence, le seigneur Godric était parfait et moi, j'ai réussi à me dépasser. À peine avons-nous eu le temps d'échanger que Parment Crane s'est joint au groupe... L'ambiance est devenu assez tendu tout d'un coup. Avant même de pouvoir réagir, Carillon a pris les devants en mettant Lady Alyce au fait des actions de Parment lors du tournoi du Jasmin. Parment se prêtant au jeu, nous avons assisté à des échanges verbaux de plus en plus violents. Carillon a fini par exploser de colère... Nous avons donc dû écourté notre visite.

Je n'en veux pas à Carillon, je le comprends tout à fait. Lady Alyce semblait peu réceptif aux arguments qu'il avançait d'ailleurs.

Nous nous sommes donc remis en route pour le domaine Lowther.


Jour 8, Mois 4, An 297

C'est une rencontre assez... Surprenante et inattendue...

Sur la Route de la Mer, nous avons remarqué un chariot arrêté et protégé par une poignée de soldats. Nous nous sommes évidemment arrêtés pour nous enquérir de leur situation. Leurs couleurs étaient celles de Weber, le domaine voisin des Lowther. L'une des roues s'était brisée et une partie des soldats étaient à la recherche d'aide dans le domaine le plus proche, le domaine West Brooke. Nous leur avons naturellement proposé notre aide le temps que cette patrouille revienne. Nous avons donné nos ordres, nos soldats se sont mis en poste prestement.
Carillon a demandé s'il fallait nous présenter aux personnes dans la carriole. C'est alors que Messire Bendy en est sorti. C'est un petit garçon armé d'un arc, au franc parler, un peu rustre qui semblait, déjà à son âge, traiter les femmes de manière très... Je comprends mieux les propos de Dame Talia ! Une jeune femme est sorti à la suite du petit. Mignonne comme tout, à la voix douce mais faible, elle semblait intimidée, apeurée. Elle se nomme Maerie, c'est la dame de parage du petit Bendy. Elle ne voulait que sa sécurité mais lui ne la traitait pas de façon correcte... Enfin c'est peut-être ce qu'on lui a appris à faire...

La nuit commençait à tomber, mais nous avons veillé jusqu'au retour de la patrouille. Maerie m'a posé quelques questions, elle avait peur de ce que la nuit pouvait abriter comme danger. Je l'ai rassurée comme j'ai pu. Après nous être un peu éloigner du feu, j'ai eu une discussion intéressante avec Carillon au sujet des femmes et de Dame Talia. Nous avons parlé de complémentarité, de similarité et de ce que les femmes pouvaient attendre de nous. Nous avons médité sur les propos de Dame Talia, en somme. Je lui ai avoué avoir un faible pour elle et son esprit éclairé... Mais maintenant... Je ne sais plus trop...
De retour auprès du feu, j'ai entendu mon nom être prononcé. Le seigneur Godric discutait avec Maerie. Ce dernier a demandé à Carillon de le suivre et ils nous ont laissés seuls, elle et moi.

Elle s'est dévoilée, confiée à moi. Elle m'a parlé d'Alexandra, qu'elle connaissait. Elle trouvait magnifique ce que j'avais entrepris par amour. Elle espérait être aimée ainsi un jour. Je lui ai dit de ne pas abandonner, d'avoir espoir, car cela finira par arriver. Elle m'a demandé quelle était ma relation avec mes parents et m'a avoué qu'elle avait perdu sa mère étant très jeune. Son père, anéanti, l'a placée dans une autre famille, l'a abandonnée. Je l'ai réconfortée comme j'ai pu. Je lui ai même proposé de prier les Sept avec elle. Je suis certain que ce sont eux qui m'ont placé sur la route de Maerie. Elle m'a dit que j'étais assez spécial, particulier. Que j'étais différent des autres. Et que je lui plaisais beaucoup. Elle m'a surpris en posant sa main sur la mienne, d'ailleurs. Mais ce n'était pas désagréable. Je pouvais ressentir sa chaleur et sa confiance, bien que nous venons à peine de nous rencontrer. Elle m'a demandé si nous pouvions l'accompagner jusqu'au domaine Weber, chose que j'ai immédiatement acceptée.

Nous nous sommes quittés là et nous sommes reposés.

C'est étrange... D'instinct, j'ai cherché à la protéger et à la faire sourire. Je ne peux me mentir à moi-même, elle me rappelle beaucoup Alexandra. Bien sûr, ce n'est pas elle et je ne la vois pas comme tel. Maerie est Maerie. Je remercie les Sept encore une fois. Elle avait besoin d'être réconforté. Et j'aime à penser qu'elle avait besoin de moi plus particulièrement...


Jour 9, Mois 4, An 297

Je la préfère nettement avec son sourire. Elle est radieuse et... J'avoue qu'elle ne me laisse pas de marbre...

Nous avons levé le camp assez tôt et nous sommes mis en route. Contrairement à hier, où Maerie semblait abattue, j'ai pu admirer son beau sourire. Elle est rayonnante. Nous n'avons cessé de discuter sur la route. Elle m'a même invité sur la carriole.
Elle m'a dit qui est son père. Je n'ai pas voulu paraître trop intrusif hier, je n'ai donc rien demandé. Je suis heureux qu'elle s'est confiée. Son père n'est nul autre que Farlen Hewett... Elle m'a demandé si je pensais qu'il l'aimait encore. Je pense que oui. Il est impossible pour des parents de ne plus aimer leurs enfants, peu importe ce qu'ils font. Je pense que c'est le chagrin qui a poussé Messire Farlen a commettre la grave erreur de repousser sa fille. Elle m'a demandé si je pensais qu'il aimerait la revoir à nouveau. Je lui ai proposé mon aide. Je sais que cela ne sera pas simple mais je pense que je dois les réunir. Maerie n'a que trop souffert de leur séparation. Je veux l'aider. Et je veux la voir sourire comme elle le fait en ma présence. Elle m'a avoué avoir tout de même peur. Mais c'est normal, qui n'aurait pas peur ? Je l'ai réconfortée et je me suis même confié à elle. Je lui ai parlé de mes craintes, de mes doutes. Et cela a été à son tour de me rassurer. À ces yeux, je ne suis pas insignifiant. À ces yeux, je suis quelqu'un de vraiment bien. Que mon âme l'avait touchée et qu'elle m'appréciait beaucoup... Elle a à nouveau posé sa main sur la mienne et, sans un mot, nos regards ont plongé dans l'un l'autre... C'était un moment fort... Je... Maerie est vraiment attachante. Elle s'est attachée à moi et... Je m'attache à elle.
Nous avons continué d'échanger, d'apprendre à nous connaître tout au long du voyage. D'aucun dirait qu'elle me colle mais... J'apprécie sa présence. Elle est adorable.

À l'arrivée au domaine Weber, le seigneur Deremond nous a accueilli. Nous lui avons présenté nos hommages et nous lui avons parlé de notre objectif. Il nous a souhaité bon courage, car cela n'allait pas être facile. En remerciement d'avoir escorté son fils, il nous a invité à chasser le sanglier demain. Pourquoi pas ? Cette fois, j'arriverai à faire quelque chose !

Nous nous sommes installés dans les chambres que le seigneur nous a fait préparer.

Avec le recul, je sais pourquoi je m'attache à Maerie. Non, ce n'est pas que je fais une sorte de transfert sur elle. J'ai fait mon deuil pour Alexandra. Non, c'est moins... Tordu... Alexandra et Maerie se ressemblent : ce sont toutes les deux des femmes douces et attentionnées, cultivées et calmes. Elles sont d'apparence très fragiles mais possèdent une grande force au fond d'elles. Voilà le genre de femmes à qui je ne peux résister. Je suis simplement et instinctivement attiré par elle. Je me trompais quand je disais à Mère qu'il me fallait une femme d'un tempérament explosif. J'ai besoin d'une femme qui me ressemble plus qui ne me complète. J'ai besoin de Maerie.


Jour 10, Mois 4, An 297

La chasse, ce n'est pas de tout repos ! Et la lance, ce n'est pas fait pour moi... Ou plutôt "je ne suis pas fait pour la lance".

Ce matin, le seigneur Weber nous a emmené dans leur forêt. Elle est immense, rien à voir avec nos minuscules bosquets !

Le sanglier a fini par être repéré. Le seigneur et moi-même avons pris une avance à cheval. C'est le seigneur qui lui a porté le premier coup. Nous avons donc fini par mettre pied à terre. Et c'est à partir de ce moment-là que je me suis senti ridicule. Mais je gardais le sourire, c'était quand même amusant. Je voyais mes compagnons et le seigneur transpercer la bête encore et encore alors que moi, je manquais tous mes coups. La bête était enragée ! Elle a même fini par me charger. Elle était trop rapide pour moi... Mais j'ai réussi ! À la fin, j'ai quand même réussi à la transpercer ! Mes compagnons m'ont même félicité !

Ah, ce voyage est vraiment agréable ! Faire route avec ses amis, rencontrer de merveilleuses personnes... Je comprends pour mon oncle a passé beaucoup de temps à sillonner le monde ! Et je dois profiter du temps que j'ai, quand je prendrai la tête du domaine, je n'aurais plus cette occasion.
avatar
Callum Grimm

Messages : 101
Date d'inscription : 10/01/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum